Cartes bancaires:le méga-bug de l'an 2010 frappe l'Allemagne

Sécurité

Près d’une carte bancaire sur deux, soit 20 millions environ, n’a pas pu reconnaître le passage à l’an 2010

Certains avaient parlé d’une vaste plaisanterie… ou d’une opération commerciale juteuse à propos des avertissements et menaces concernant le passage à l’an 2000. Mais qui avait prédit que 2010 poserait un problème?

Certes, certains avaient beau jeu d’en rajouter, vu les énormes investissements nécessaires, et d’évoquer, entre autres sinistres, le blocage des ascenseurs ou des systèmes de verrouillage, voire des incidents dans les avions sinon les aéroports…

Dix ans après, l’Allemagne toute entière fait constater qu’il y avait bien des raisons de s’en préoccuper. Depuis ce 1er janvier 2010, près de 20 à 30 millions de cartes bancaires ne sont pas reconnues par les GAB/DAB (distributeurs de blllets bancaires) de l’autre côté du Rhin mais également à l’étranger ! Leur utilisation serait également invalide dans de nombreux magasins.

C’est près d’une carte sur deux qui serait inutilisable!

Selon les premières réactions des établissements bancaires, la situation sera rétablie “d’ici quelques jours, d’ici à lundi 11 janvier”…

L’information a été confirmée par l’associaton bancaire allemande ZKA et la la fédération bancaire DSGV qui se veulent néanmoins rassurantes: il n’y aurait pas eu exploitation de cette faille par des pirates…

Parmi les établissements touchés sont cités Postbank et Commerzbank, mais également la PostBank.

Voilà de quoi ternir l’image du monde bancaire en Allemagne. A la différence de la France, où la carte à puce a été très vite et massivement adoptée, l’Allemagne aura mis du temps dans les années 80 à ouvrir ses réseaux, par exemple au réseau Visa – suite à une forte domination du réseau EuroMaster.

Dans le cas présent, ce sont surtout les cartes de crédit EC et/ou les systèmes des banques et de certaines caisses d’épargne qui auront fait les frais de ce bug “2010”. Sous la pression des politiques et des associations de consommateurs, on en saura un peu plus dans les jours qui viennent.

Selon la presse allemande, une explication serait que des cartes défectueuses auraient été fournies par le groupe français Gemalto, spécialiste des cartes à puces…

___

(mise à jour: 14H00)

Selon de nouvelles sources (Duquesne Research), il y aurait environ 94 millions de cartes EC en Allemagne (dont plus 25 millions de cartes de crédit).

Les cartes EC bloquées (environ 30 millions qui ne reconnaissent pas l’an 2010), sont équipées d’une puce EMV (format commun à Eurocard, MasterCard, Visa). Ce sont bien les automates et GAB/DAB interrogeant la puce qui la refusent.

Deux solutions seraient possibles :

-soit changer les cartes : solution onéreuse, longue;

-soit revenir à l’ancienne configuration ne lisant que la piste magnétique (et non plus la puce). C’est cette deuxième solution qui semble avoir été préférée, au moins à court terme. Elle nécessite toutefois de reprogrammer les appareils qui lisent la puce (GAB, terminaux Points de vente etc…). Elle-même présente un risque de bug et une baisse de la garde contre la fraude.

Par ailleurs, la reprogrammation n’est possible qu’en Allemagne ; les cartes EC à l’étranger sont refusées !


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur