CDC Arkhinéo, avec CertEurope, lance une solution d’archivage électronique

Régulations

La suite logique de la dématérialisation, avec la bénédiction des instances
de certification

“Pour la première fois en France, une société, basée à Perpignan s’est immatriculée en ligne, il y a trois jours” annonce Dominique Marolleau, directeur du GIE Info-Greffe, qui regroupe l’ensemble des greffes des tribunaux de commerce en France.

Ce 7 juin, lors d’une conférence de presse conjointe où CertEurope, tiers certificateur, et la CDC Arkhinéo, filiale à 100% de la caisse des dépôts, spécialisé dans l’archivage, lançaient Cert@rchiv, leur solution globale de dématérialisation et d’archivage électronique.

En 2006, 60 millions de factures ont été dématérialisées, et chaque mois, 12 000 transactions dématérialisées se déroulent entre les agences de travail temporaires et leurs clients” explique Charles du Boullay, directeur de CDC Arkhinéo.

Ces simples exemples illustrent la nécessité d’aborder la question de l’archivage des données numériques. D’autant plus que ces pièces ont aujourd’hui une valeur légale : il faut donc pourvoir les conserver, les retrouver, être en mesure d’en garantir l’authenticité. Le tout, pour une durée plus ou moins longue, qui peut nécessiter la gestion de migrations technologiques.

Mes archives en ASP

CertEurope et CDC Arkhinéo ont donc conçu Cert@rchiv, qui permet aux entreprises ou aux entités publiques d’externaliser ces fonctions. Le service fonctionne en mode ASP. “Il s’agit d’un service d’accès à l’archive personnalisé, où le client choisit son système d’ indexation, l’ arborescence, la durée de conservation et le volume”explique Dimitri Mouton, directeur de recherche et développement de CertEurope.

“Lors de l’archivage, le client met le document et l’index qui lui correspond dans l’espace d’archivage, à travers un canal sécurisé et authentifié. L’interface en XML permet d’intégrer les flux de tout type d’application métier : ce sont souvent ce sont les systèmes d’ information qui sont les émetteurs. De plus, le client accède à un service d’administration qui lui permet de régler les accès, et de faire des recherches multicritères pour retrouver les documents en fonction de l’indexation qu’il a choisi. En amont, le travail de réflexion sur l’indexation, et sur l’architecture est donc essentiel” poursuit-il.

Si l’accès aux archives est garanti par CertEurope, c’est sur les serveurs de la Caisse des dépôts que les données sont effectivement conservées et restent accessibles 24h/24.

Chaque document archivé fait l’objet d’un scellement, grâce à une PKI interne, et d’un horodatage certifiant sa provenance et sa date d’archivage, dans la solution « Coffre fort électronique » de CDC Arkhinéo. Quatre originaux d’archives sont gravés de façon simultanée sur deux sites différents. Un accusé de réception est envoyé à l’expéditeur. Les documents sont ainsi conservés de façon intègre et leur authenticité garantie. “Nous disposons de trois sites distincts, dont un de sauvegarde. L’alimentation électrique est assurée par deux lignes haute tension, auxquelles s’ajoutent des groupes électroniques capables de prendre le relais en cas de panne” précise Charles du Boullay.

En ajoutant la fonction d’archivage à ses fonctions de tiers certificateur et tiers horodateur, CertEurope complète donc la chaîne de la dématérialisation. Et le partenariat avec la filiale de la Caisse des Dépôts lui apporte une caution de poids, dans un domaine où la confiance est essentielle.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur