CeBIT: signes de reprise, et SaaS, mobilité, sécurité…

DatacentersRéseauxVoIP

A l’ouverture du salon CeBIT ce 1er mars, l’Europe s’interroge sur la reprise et l’univers IT banalise le ‘cloud computing’ (privé), avec la mobilité et la sécurité

Hanovre.- L’inauguration du CeBIT, 26è édition, s’est déroulée avec plus de couverture médiatique que l’an passé, en présence d’Angela Merkel et de Palmisano, p-dg d’IBM, et la venue de Nelly Kroes, commissaire européen -laquelle a promis un accès à Internet haut débit à tous les européens pour 2013…
L’heure est à l’optimisme -au moins dans le discours. Il est vrai que, ce même jour, l’Allemagne se félicite d’une baisse significative du chômage: 326.000 emplois de plus en un an, et un taux de chômage en décroissance à 7,5% des actifs.

Vue stand IBM CeBIT 2011
Vue stand IBM CeBIT 2011

Donc, les signes de reprise sont là. Par exemple dans la somptuosité de certains stands (cf. les vastes mètres-carrés très ‘design’ qu’occupe IBM au seuil du hall 2).
Le nombre de visiteurs suivra-t-il? L’an passé, après les années d’euphorie comme 1985 (800.000 visiteurs et 6.000 exposants) ou 1995 (755.000 visiteurs), l’année 2010 n’affichait “que” 334.400 visiteurs pour 4.000 exposants. Cette année, le nombre d’exposants est sensiblement identique et se répartit sur une bonne quinzaine de halls.
En clair, sortie de crise ou pas, le CeBIT reste le premier salon IT – à la fois professionnel et grand public (ouvert le samedi 5)

La pluie d’annonces s’est apaisée. Au moins en termes de communiqués de presse. Ainsi, chez SAP, champion national de l’activité IT ici, on compte 4 à 5 communiqués contre une douzaine auparavant.

La France est toujours bien représentée, notamment via le stand UbiFrance, où l’on se plaît à retrouver des start-ups comme BlueKiwi, un leader des ‘réseaux sociaux’, thème en vedettee ici, cette année.

SAP_conference presse CeBIT 2011
SAP_conference presse CeBIT 2011

Preuve de première maturité ou d’entrée dans les moeurs -comme le Green IT il y a 2 ans- on parle finalement peu du ‘cloud computing‘ alors qu’on l’affiche un peu partout. Microsoft s’en présente comme le chantre absolu. Chez SAP, avec l’emphase mise sur Business by Design et les applications mobiles (déjà une centaine prépackagée), on préfère parler SaaS (Software as a service) avec la perspective d’une ouverture aux plates-formes partenaires (hosting) dans les 2 ans.
De leur côté, VMWare et EMC insistent sur le cloud privé: c’est-à-dire, concrètement, la virtualisation x-86 au sein de l’entreprise et la consolidation du stockage : signe de réalisme.
La VoIP (voix sur IP) conserve toute sa place: les offres  abondent, de fabricants de téléphones IP, de services sur IP (voire du ‘centrex’ en cloud?)
Autre thème de la maturité, s’il en est: la sécurité IT. On constate de vastes stands chez les leaders (McAffee, Avira, Kaspersky, G-Data…) qui occupent quasiment un hall entier.

Les datacenters ont leur public, ici: de nombreux fabricants proposent des alimentations et des onduleurs spécifiques (dont certains venant de Turquie) avec des publicités qui affichent des rendements “énergie” de l’ordre de 96%. [Suite: p. 2 =>]


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur