Cegetel sauve Vivendi Universal

Cloud

Toutes les activités du groupe se replient, à l’exception des télécoms

Le géant français de médias et communication Vivendi Universal a réalisé en 2003 un chiffre d’affaires en baisse de 56% à 25,482 milliards d’euros. Un repli logique compte tenu des multiples cessions opérées par le groupe.

Sur les activités que VU a conservées, c’est-à-dire hors Veolia Environnement et des activités d’édition (actifs de Vivendi Universal Publishing), le chiffre d’affaires recule de 8% pour 2003. Au total, les activités médias (télévision, cinéma, musique, jeux vidéos) du groupe français de VU ont accusé en 2003 une baisse de 13% de leur chiffre d’affaires, à 15,725 milliards d’euros contre 18,173 milliards en 2002. VU Games a accusé en 2003 une chute de 28% de son chiffre d’affaires, à 571 millions d’euros. Le chiffre d’affaires de la maison d’édition musicale Universal Music Group (UMG) a baissé de 21% à 4,974 milliards d’euros contre 6,276 milliards en 2002. Vivendi Universal Entertainment (VUE), filiale américaine du groupe français, a enregistré en 2003 une baisse de 4% de son chiffre d’affaires, à 6,022 milliards d’euros. De son côté, le groupe Canal+ a aussi réalisé un chiffre d’affaires en baisse (-14%) à 4,158 milliards d’euros, contre 4,833 milliards en 2002. C’est bien l’activité télécom qui a permis au groupe de compenser le repli des autres secteurs. L’entité Cegetel-SFR, regroupant les activités de téléphonie fixe et mobile en France, a enregistré une croissance de 7% de son chiffre d’affaires, à 7,57 milliards d’euros, en grande partie grâce à l’opérateur mobile SFR (+10% à 6,73 milliards).


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur