Pour gérer vos consentements :
Categories: Composants

Cegid : les 15 acquisitions faites sous l’ère Houillon

Quinze acquisitions sur les cinq dernières années, et comptez sur nous pour maintenir la dynamique. Cegid a fait passer le message lors de la présentation de son plan stratégique à l’horizon 2026.

Quand on remonte le fil presse de l’éditeur, on trouve effectivement trace du nombre d’opérations annoncé. La dernière en date, officialisée en parallèle du plan stratégique, porte sur Wittyfit. Une entreprise fondée en 2014, basée à Paris et qui commercialise des solutions RH. On nous fournit deux indicateurs à son sujet. D’une part, son effectif (« une vingtaine de collaborateurs »). De l’autre, sa clientèle, exprimée en « utilisateurs » (« 120 000 […] parmi lesquels les équipes de Cegid »).

Dans le cadre de certains achats, Cegid a communiqué en « clients » plutôt qu’en « utilisateurs ». Ce fut le cas en mai dernier concernant le projet d’acquisition de Notilus. Il s’agit d’une filiale de DIMO Software, éditeur et intégrateur de solutions de gestion créé en 1995 dans la région lyonnaise. Elle affichait, à l’annonce du rachat, un effectif de 138 personnes. Et proposait trois produits : T&E (gestion des notes de frais et voyages d’affaires pour le secteur privé), InOne (idem pour le secteur public) et YourWay (gestion des flottes de véhicules). Son portefeuille comprenait « plus de 1000 clients » dont Atol, Casino, Groupama, Legrand et Stellantis.

Des acquisitions en Espagne…

Des clients, il y en avait « plus de 1200 » au compteur (Adidas, Bosch, Carglass, Haribo, L’Oréal…) pour VisualTime by Robotics au moment de l’annonce de son acquisition (décembre 2021). VisualTime, c’est le nom de la solution, de type GTA (gestion des temps). Robotics, celui de l’entreprise, domiciliée à Barcelone avec 75 personnes au moment du rachat.

Retour en France – plus précisément à Aubagne, près de Marseille – avec RD Liberal. En octobre 2021, Cegid mettait la main sur cette entreprise fondée cinq ans plus tôt et fournissant des solutions de gestion comptables aux professions libérales. Son portefeuille : 1500 clients, OGA (organismes de gestion agréés) compris.

En juillet 2021, Cegid annonçait un « gros morceau ». En l’occurrence, la signature définitive pour l’acquisition de Talentsoft. Fondé en 2007 en région parisienne, l’éditeur RH employait alors 600 personnes et revendiquait 2200 clients.

En avril 2021, autre signature définitive, pour une acquisition annoncée quelques semaines plus tôt : celle d’ACA. Fondé en 1989 et basé à Paris, cet éditeur est à l’origine de SaaS de gestion de trésorerie et de flux comptables. Il revendiquait, à la date de son passage dans le giron de Cegid, 350 clients.

Juste avant lui (mars 2021), Dhatim était tombé dans l’escarcelle de Cegid. Fondé en 2008, cet éditeur parisien proposait deux SaaS : Conciliator Expert (automatisation de la saisie, du traitement et du stockage des écritures comptables) et Conciliator Pay (contrôle, recoupement et optimisation de la paye). À son actif au moment du rachat, une quinzaine de salariés.

Cedricom comptait trois fois plus de salariés (ou plus exactement, dans les termes de Cegid, de « collaborateurs ») au moment où son acquisition fut bouclée. Produit phare de cet éditeur né en 1991 dans la région de Rennes : une suite logicielle – SaaS ou sur site – de gestion des flux bancaires.

… en Belgique et au Canada

Avant Robotics, Cegid avait réalisé une autre acquisition à l’étranger. En décembre 2020, en Belgique, il s’était emparé de Koalaboox (né en 2017 à Liège). Et de son SaaS de gestion de la facturation, utilisé par « plus de 9000 entrepreneurs et 950 fiduciaires ».

Il faut ensuite remonter à septembre 2019 pour trouver trace d’une acquisition. La cible : Meta4, éditeur espagnol né en 1991 et établi à Madrid. Son produit : une suite logicielle paye et RH.

Un an plus tôt, Cegid avait jeté son dévolu sur Loop Software. Né en 2012 et basé en région parisienne, l’éditeur revendiquait 35 000 clients pour son SaaS de gestion comptable et fiscale.

En novembre 2017, Cegid avait fait ses emplettes dans sa région d’origine. Il avait pris le contrôle de Cylande, éditeur de progiciels pour le retail né dans les années 80. Au moment du rachat, on nous annonçait « près de 70 000 magasins équipés dans 70 pays ». Avec, dans la boucle, des marques comme Etam, Nocibé et Truffaut. Le périmètre d’activité concerné avait représenté, en 2016, un C. A. de 31 M€.

Il faut remonter encore plus loin (1979 en l’occurrence) pour trouver les origines de Qualiac, éditeur ERP lyonnais. Cegid l’avait acquis en octobre 2017. Il disait alors avoir déployé ses solutions « auprès de plus de 500 sites clients ».

Toujours en octobre 2017, Cegid était allé pêcher, dans le vivier canadien, CV Manager Group et Illico Hodes. Le premier, pour sa solution ATS (gestion du recrutement). Le second, pour son logiciel RITA (multidiffusion d’offres d’emploi).

Recent Posts

Après la NAND, Intel dit stop à la gamme Optane

Après avoir vendu son activité NAND, Intel tire un trait sur la technologie 3D XPoint,…

3 semaines ago

Google Analytics : la Cnil a posé les règles du jeu

Près de six mois ont passé depuis de que la Cnil a déclaré l'usage de…

3 semaines ago

Truffle 100 France : le top 20 des éditeurs de logiciels

Truffle 100 France : qui sont les 21 entreprises qui ont dépassé, en 2021, les…

3 semaines ago

Cloud : AWS brocarde les politiques de licences Microsoft

Un dirigeant d'Amazon Web Services dénonce des "changements cosmétiques" apportés par Microsoft à ses politiques…

3 semaines ago

Sécurité du code au cloud : Snyk Cloud, un joker pour développeurs

Snyk officialise le lancement de sa solution de sécurité cloud pour développeurs, Snyk Cloud, fruit…

3 semaines ago

Cegid accroche Grupo Primavera à son tableau d’acquisitions

Cegid va absorber Grupo Primavera, plate-forme de logiciels de gestion d'entreprise née dans la péninsule…

3 semaines ago