CES 2012 : l’ultrabook HP Folio 13 joue la sérénade aux entreprises

Poste de travail
HP Folio 13 ultrabook

HP présente son Folio 13, un ultrabook qui vise le marché des entreprises. Et entérine par la même l’avènement d’une segmentation des usages, mais aussi des tarifs en vigueur dans l’écosystème ultrabook.

Aguicheur des entreprises, HP intronise son ultrabook Folio 13 et s’engage sur la voie d’une segmentation des usages dans l’écosystème ultrabook.

En phase avec les intentions d’Intel d’exporter peu à peu ces machines ultra-légères vers les milieux professionnels, Yann Guérin, Responsable PC et Solutions pour la Division Systèmes Personnels d’HP France évoque une transition inéluctable et matérialise des ambitions à l’image d’un concept qui semble près de prendre racine. “Selon nos prévisions, 95 millions d’ultrabooks seront vendus chaque année dans le monde d’ici 2015“, résume l’intéressé. A court terme, le grand public reste toutefois un incontournable coeur de cible. En témoigne la récente intronisation du dénommé Spectre Envy14, orienté consumer.

Proposé à 945 euros HT dans sa configuration de base, le Folio 13 passe à la vitesse supérieure. Il embarque notamment une puce de chiffrement TPM destinée au stockage d’informations sensibles. En dépit de cet attrait sécurisant, le premier tour du propriétaire laisse transparaître la silhouette généreuse (22 x 31 cm, pour 18 millimètres d’épaisseur) d’un châssis fait d’acier gris métallisé. Déployée, la dalle brillante de 13,3 pouces en 1366 x 768 revèle un clavier chiclet rétroéclairé et un pavé tactile des plus classiques.

L’analogique du VGA tire définitivement sa référence en faveur d’une interface numérique HDMI. L’USB passe au SuperSpeed (bus de l’USB 3), pour des débits théoriques de 5 Gbits/s. Au potentiel mobile du sempiternel wifi 802.11n s’adjoint un port RJ45 bien à propos dans l’exercice de la sédentarité. L’une des concessions matérielles les plus marquées réside a priori en ce module SSD de 128 Go. HP n’a pas jugé nécessaire d’en maximiser la capacité aux 256 gigaoctets que propose notamment Acer avec son nouvel Aspire S5.

Une concession peut en cacher d’autres

Conséquence d’un forceps tarifaire qui dans l’absolu ramène l’ensemble en-deçà du seuil des 1000 euros hors taxes, le Folio 13 se cantonne à 4 Go de mémoire vive, non extensibles. En outre, le processeur Intel Core est un i5 : pas de trace d’un éventuel i7. Par ailleurs, à un kilo et demi sur la balance, cet ultrabook peine à soutenir la comparaison avec des homologues de 13,3 pouces amaigris jusqu’à la marque symbolique des 1,2 kg. En contrepartie, HP a pu implémenter une batterie 6 cellules un tantinet plus durable, en l’occurrence jusqu’à 9 heures d’utilisation continue.

L’écosystème logiciel interviendra peut-être à la rescousse. Les nombreux outils d’administration proposés en standard s’y succèdent et jouissent d’une intégration idéale à Windows 7 Professionnel : la technologie CoolSense pour le refroidissement actif du système, ImagePad et sa programmation multitouch, Truevision et son contrôle avancé de la webcam intégrée… HP Connection Manager (connexions réseau) et Support Assistant (aide contextuelle) complètent un tableau couronné, en toute anecdote, de l’absence d’un rendu sonore Beats Audio pourtant monnaie courante sur les portables de la marque. Professionnalisme oblige ?


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur