Charles McCathieNevile (Opera) : « Le marché de l’Internet mobile double tous les six mois »

Logiciels

Avec sa stratégie consistant à coller aux standards et au monde mobile, Opera commence à marquer des points. Entretien avec Charles McCathieNevile, directeur normalisation et standards de la compagnie.

Suite à la sortie d’Opera 10.50 et du ballot screen de Microsoft, nous avons eu l’opportunité de nous entretenir avec Charles McCathieNevile, directeur normalisation et standards chez Opera, lequel œuvrait auparavant au sein du W3C.

Le ballot screen a-t-il eu une influence positive sur les parts de marché d’Opera ?

« Nous ne sommes qu’au tout début de ce processus, mais nous avons effectivement noté une hausse des téléchargements. Il est difficile de savoir si cela fait suite à l’arrivée du ballot screen ou à celle d’Opera 10.50. Il est évident toutefois que le ballot screen a contribué à cette croissance. »

Que pensez-vous du retour de Microsoft dans la course aux standards ?

« Ce changement de cap est une excellente nouvelle. Il est important, car la standardisation n’a pas pour but principal d’innover, mais de permettre la définition d’un accord entre tous les fabricants et éditeurs, afin de permettre la diffusion de nouvelles technologies. Nous allons continuer nos négociations autour de l’HTML5, en particulier dans le secteur de l’accessibilité.

Ce domaine est également très important en interne. Ainsi, la version 10.10 d’Opera introduisait un support expérimental de la technologie VoiceOver de Mac OS X. La dernière version bêta d’Opera circulant en interne supporte mieux cette technologie. »

Que doit-on attendre de l’HTML5 ?

charlesmccathienevile.jpg

« Le buzz s’est créé autour de ce terme, au point d’éclipser le web 2.0. La réalité est que l’HTML5 va démocratiser le développement d’applications riches. Ceci ira très vite, car il y a plus de programmeurs sur le web que partout ailleurs. L’utilisation des CSS va s’imposer plus largement au sein des sites web. La communication entre les applications web et le terminal va également s’enrichir : géolocalisation, stockage local, synchronisation de données, etc.

Nous ne savons pas encore quand et comment sera standardisée la 3D accélérée, mais c’est un développement intéressant, car il coïncide avec l’arrivée de la 3D au sein des téléviseurs et des lecteurs Blu-ray. »

Comment va évoluer votre offre mobile ?

« Opera Mini est aujourd’hui accessible sur les téléphones compatibles avec Java, y compris ceux fonctionnant sous Android. Opera Mobile est plus proche de la version desktop du navigateur, mais n’est accessible que sous Symbian OS et Windows Mobile. Notez que les deux produits (Mini et Mobile) partagent la même interface utilisateur.

Pour l’iPhone, les conditions imposées par Apple interdisent une concurrence frontale de la part des éditeurs. Aussi, afin de mieux se conformer à ces exigences, c’est une version Mini d’Opera qui sera proposée pour validation. »

Le marché mobile est-il si porteur ?

« D’après nos chiffres, qui couvrent les trois dernières années, Opera Mini connait 400 % de croissance par an. Le marché de l’Internet mobile double ainsi tous les six mois. À ce rythme, ce n’est qu’une question de temps avant que le milliard de terminaux mobiles connectés à Internet ne soit atteint.

Le web ne progresse toutefois pas seulement dans le monde mobile. Nous notons également une forte croissance sur d’autres terminaux, comme les consoles de jeux ou les télévisions. »


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur