Chine: un partenaire d’Apple mis en cause attaque puis se rétracte

Régulations

Un pépin de moins pour la pomme? Son partenaire industriel en Chine avait songé à régler ses problèmes de conditions de travail et d’image en attaquant deux journalistes indépendants de la presse éco

Foxconn, société chinoise sous-traitante d’Apple et fabricant des iPod dans l’Empire du milieu, à porté plainte contre deux journalistes chinois qui ont pointé l’excellence des conditions de travail en vigueur dans l’une de ses usines.

Nos deux confrères, Wang You et Wang Bao, rédacteurs du journal économique China Business News étaient une cible de premier choix, il est vrai.

Le partenaire d’Apple leur réclamait pas moins de 2 millions de dollars de dommages et intérêts. Et déjà la justice chinoise, toujours exemplaire et zélée lorsqu’il s’agit de liberté d’expression, n’avait pas hésité à bloquer leurs comptes bancaires.

À l’origine de cette plainte, deux articles dans lesquels les deux journalistes ont récemment dénoncé les conditions de travail déplorables en vigueur dans un usine qui travaille pour le compte d’Apple.

Selon la direction de l’usine mise en cause, les deux journalistes ont proféré des mensonges en écrivant que ses ouvriers travaillaient 14 heures par jour et dans des conditions inacceptables.

Le problème est que, du côté de la firme de Cupertino, un audit récent portant sur les conditions de travail dans cette usine confirme le reportage des deux journalistes. Dans un rapport interne, cité dans la presse (dont The Mail”), Apple enregistre avoir constaté que les ouvriers de cet établissement travaillaient trop.

La firme à la pomme y a consigné que diverses entorses ont été relevées dans l’application du “code de bonne conduite”, sans donner plus de détails.

Dans un communiqué, Foxconn a qualifié les journalistes “d’incapables”. “Dans toute cette affaire, ce que nous demandons c’est le respect de la réputation de l’entreprise, et de la Chine. Si nous l’emportons, nous nous engageons à reverser cette somme à une ONG, pour une bonne cause”, y déclare le partenaire d’Apple.

Cette affaire n’en est pas restée là. L’association Reporters Sans Frontières s’en est émue et s’est dépêché de publier une lettre ouverte à Steve Jobs pour qu’il prenne la défense des deux journalistes.

“C’est ce que le groupe tente de faire tout en restant discret”, a affirmé un porte-parole d’Apple.

Cette menace d’une intervention de la direction d’Apple semble avoir suffi. Foxconn a fait savoir ce 1er septembre, dans le “China Daily”, qu’elle réduisait ses prétentions de dommages et intérêts au yuan symbolique… Qu’en déduira la justice?


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur