Pour gérer vos consentements :

Chris O’Neill, ex Google, devient CEO d’Evernote

Le mois dernier, Phil Libin, CEO d’Evernote (application bloc-notes), avait annoncé son intention de quitter ses fonctions. L’intéressé reconnait ne plus avoir le feu sacré pour chapeauter toutes les tâches qui lui incombent. Désormais, on sait qui va le remplacer à travers une contribution blog officielle du co-fondateur et manager démissionnaire : Chris O’Neill, ex-manager de Google qui a occupé différentes fonctions pendant 10 ans au sein de la firme Internet de Mountain View. Il avait notamment pris la direction de la branche Google au Canada et avait intégré le labo secret Google X pour superviser le projet Google Glass pendant plus d’un an.

Même si Phil Libin prend du recul, il restera membre du conseil d’administration d’Evernote. Chris O’Neill aura pour tâche d’insuffler un nouveau souffle à Evernote. Dans la foulée, d’autres nominations au top management sont survenues : Jeff Shotts, ex-responsable financier du groupe eBay, prend un poste similaire au sein d’Evernote. Tandis que Linda Kozlowski (ex-directrice Marketing & Business Development pour Alibaba.com à Hong Kong) a endossé en juin des fonctions de COO.

Renforcer l’innovation et rêver d’une IPO

Ce changement de voilure pourrait correspondre à une volonté d’accélérer le processus d’introduction en Bourse maintes fois annoncé mais jamais entamé. Pour cela, elle devra redoubler d’efforts pour faire converger sa base d’utilisateurs gratuits vers la déclinaison payante. Evernote a su fédérer 150 millions d’utilisateurs dans le monde et son service premium est utilisé dans plus de 20 000 sociétés.

Dans une volonté de rendre le service toujours plus attractif, Evernote ne cesse de l’étoffer avec de nouvelles fonctionnalités. Derniers exemples en date : « Contexte » suggère à l’utilisateur d’Evernote du contenu avec ses propres notes et « Work Chat » est un service de messagerie instantanée.

Depuis sa création en 2007 en Californie, Evernote a levé plus de 290 millions de dollars en 12 tours de table auprès d’investisseurs tels que Meritech Capital Partners, Sequoia Capital, T. Row Price et DoCoMo Capital.Sa dernière levée de fonds (70 millions de dollars) remonte maintenant à 2012, avec une valorisation estimée alors à plus d’un milliard de dollars, explique ITespresso.

La tâche promet d’être rude face aux géants de l’IT qui redoublent d’efforts dans le domaine clef de la prise de notes 2.0. Google pousse Google Keep, tandis que Dropbox a récemment levé le voile sur « Dropbox Notes » et que Microsoft s’active aussi dans le domaine (misant sur OneNote et sur WunderList après l’acquisition de 6Wunderkinder).

A lire aussi :

Editeur de texte : Evernote et Google devront Composer avec Dropbox

Feedly, Evernote et Deezer victimes d’attaques DDoS

Recent Posts

Après la NAND, Intel dit stop à la gamme Optane

Après avoir vendu son activité NAND, Intel tire un trait sur la technologie 3D XPoint,…

2 semaines ago

Google Analytics : la Cnil a posé les règles du jeu

Près de six mois ont passé depuis de que la Cnil a déclaré l'usage de…

3 semaines ago

Truffle 100 France : le top 20 des éditeurs de logiciels

Truffle 100 France : qui sont les 21 entreprises qui ont dépassé, en 2021, les…

3 semaines ago

Cloud : AWS brocarde les politiques de licences Microsoft

Un dirigeant d'Amazon Web Services dénonce des "changements cosmétiques" apportés par Microsoft à ses politiques…

3 semaines ago

Sécurité du code au cloud : Snyk Cloud, un joker pour développeurs

Snyk officialise le lancement de sa solution de sécurité cloud pour développeurs, Snyk Cloud, fruit…

3 semaines ago

Cegid accroche Grupo Primavera à son tableau d’acquisitions

Cegid va absorber Grupo Primavera, plate-forme de logiciels de gestion d'entreprise née dans la péninsule…

3 semaines ago