Chrome 71 : Google s’attaque aux publicités abusives

NavigateursPoste de travail
google-chrome

Avec Chrome 71, Google va lutter contre les annonces publicitaires qualifiées de volontairement abusives.

Google va bloquer les annonces qui trompent les internautes afin de les inciter à réaliser des actions à leur insu.

Concrètement, Chrome 71 intègrera des dispositifs visant à bloquer les fenêtres publicitaires intempestives que Google qualifie, dans un billet de blog, « d’expériences abusives ».

Les propriétaires de sites Web avertis

Dans la mesure où le lancement de Chrome 71 est prévu pour décembre prochain, la filiale d’Alphabet invite les propriétaires de sites Web distillant de telles publicités à les supprimer. Pour vérifier si leurs sites contiennent de telles annonces abusives, ils peuvent utiliser le rapport sur les expériences abusives de la console de recherche Google. Si leur site contient l’une de ces expériences abusives, elle devra alors être corrigée ou supprimée.

Google avait déjà mis en place dans Chrome, en novembre 2017, des protections contre les “trick to click” («liens astucieux»). Ces derniers redirigent les internautes vers des sites non visités, afin de gagner de l’argent grâce aux annonces ou au vol d’identité.

Haro sur les redirections abusives

Avec Chrome 71, la démarche est différente et plus radicale. Au lieu de bloquer les redirections forcées, Chrome 71 déterminera simplement si un site Web contient des publicités “abusives » et, le cas échéant, bloquera purement et simplement toutes ses annonces.

Quant aux internautes, ils auront la possibilité de désactiver ce filtrage via les paramètres de Chrome.

La firme de Redmond prend à coeur de trier le bon grain de l’ivraie, sachant que la publicité constitue l’essentiel de ses revenus. Les publicités abusives nuisent à la publicité sur internet. D’autant plus que certaines d’entre elles sont à caractère frauduleux, avec des astuces trompeuses. Google explique ainsi que « ces annonces incitent les utilisateurs à cliquer dessus en faisant semblant d’être des avertissements du système ou des boutons de «fermeture» qui ne ferment pas réellement l’annonce. De plus, certaines de ces expériences publicitaires abusives sont utilisées par des fraudeurs et des méthodes de phishing pour voler des informations personnelles. »

En octobre dernier, c’est Mozilla qui était monté au front en s’attaquant au tracking avec Firefox 63. La Fondation avait ajouté l’outil « enhanced tracking protection » à son butineur. La fonction en question bloque tous les « suiveurs » (ou cookies de suivi) qui se trouvent dans la liste de Disconnect.me.

(Crédit photo : @Google)


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur