Pour gérer vos consentements :

Cimpa, filiale ingénierie d’Airbus, cédée à Sopra-Steria ou Infosys ?

Opposés à la vente de leur entreprise, près de 300 salariés toulousains de Cimpa, filiale à 100 % d’Airbus spécialisée dans la gestion du cycle de vie des produits (PLM), ont débrayé ce jeudi 29 janvier, à Blagnac (Haute-Garonne), à l’appel des syndicats CFE-CGC, CFDT, CFTC et FO. « L’annonce du repreneur serait imminente », explique Laurent Tomas, délégué syndical CFE-CGC.

Bientôt céder à Sopra-Steria ou Infosys ?

Les salariés s’étaient déjà rassemblés devant le siège social d’Airbus après l’annonce, au printemps 2014, de la mise en vente de leur entreprise. Et, le 8 octobre dernier, Airbus a indiqué avoir retenu 5 repreneurs potentiels sur 11 candidats, sans plus de précisions. Aujourd’hui, d’après les syndicats, seules deux SSII – le groupe français Sopra-Steria et l’indien Infosys – auraient les faveurs d’Airbus Group. Pour se recentrer sur son coeur de métier, l’avionneur a déjà cédé des actifs ingénierie, dont une partie de Cassidian Test & Services, l’entité d’essais devenue Spherea. Pas de quoi rassurer les employés de Cimpa.

Ou rattacher à Airbus Safran Launchers

Les salariés toulousains de Cimpa ont manifesté jeudi matin entre le siège d’Airbus à Blagnac et un site industriel à Saint-Martin-du-Touch. Les employés de Cimpa SAS craignent que la vente ne se traduise par une « mobilité forcée » ou des suppressions de postes, voire la fermeture de sites. L’intersyndicale, de son côté, déplore « le flou » qui entoure la mise en vente de l’entreprise en activité depuis 1995. Dans ce contexte incertain, un expert mandaté par le comité d’entreprise recommande le rattachement de Cimpa à une autre entité du groupe pour s’y maintenir, ou à la coentreprise Airbus Safran Launchers qui produira le nouveau lanceur Ariane 6. Mais l’alternative n’aurait pas encore reçu de réponse de la direction d’Airbus Group.

Diversifier la clientèle de Cimpa

Porté par les programmes des A380 et A350, Cimpa a vu son effectif doubler en cinq ans, rapporte le quotidien Les Echos. Cimpa emploie environ 1 000 personnes en Europe (France, Allemagne, Angleterre, Espagne), dont 450 à Toulouse et 300 à Hambourg. L’entreprise cible essentiellement les secteurs de l’aéronautique et de la défense, mais elle s’active aussi dans l’énergie, les transports ou encore l’automobile. Cimpa a généré plus de 100 millions d’euros de chiffre d’affaires en 2014, dont 8 % seulement auprès d’autres groupes qu’Airbus… Au détriment de la diversification de sa clientèle.

Lire aussi :
Sopra – Steria : un groupe IT de quatre entités se dessine
Vishal Sikka, ex-SAP, prend la direction de la SSII indienne Infosys

Recent Posts

Pistage : les navigateurs ne s’attaquent pas qu’aux cookies

Dans la lignée de Brave, Firefox met en place un mécanisme de filtrage de certains…

5 heures ago

vSphere+ : qu’y a-t-il dans la vitrine multicloud de VMware ?

VMware a structuré une offre commerciale favorisant l'accès à des capacités cloud à travers vCenter.…

7 heures ago

Le PEPR cybersécurité prend forme : les choses à savoir

Le PEPR rattaché à la stratégie nationale de cybersécurité a connu une forme d'officialisation la…

12 heures ago

ESN : Numeum s’étoffe et précise ses priorités

Numeum, qui réprésente les ESN et éditeurs de logiciels en France, a précisé sa feuille…

1 jour ago

HPE Discover 2022 : Red Hat rejoint l’écosystème GreenLake

OpenShift, RHEL, Ansible... Red Hat va proposer une version sur site avec paiement à l'usage…

1 jour ago

Performance applicative : pas d’analyse sans observabilité ?

Cette année, le Magic Quadrant de l'APM (gestion de la performance applicative) englobe officiellement l'observabilité.…

1 jour ago