Cisco accusé d’une massive fraude fiscale au Brésil

Régulations

Plusieurs dirigeants de l’équipementier ont été interpellés. Le groupe risque plus de 800 millions d’amende

Selon plusieurs sources, dont Reuters et Networkworld, près de quarante personnes travaillant pour Cisco ont été arrêtées lors d’une descente de police au Brésil.

Les autorités brésiliennes ont même demandé aux États-Unis de publier des mandats d’arrêt afin de permettre l’arrestation de cinq employés du groupe.

À l’origine de cette incroyable affaire digne d’un film policier, des allégations selon lesquelles Cisco aurait introduit pour 500 millions de dollars d’équipements informatiques au Brésil sans s’acquitter correctement des taxes d’importation !

Du coup, le géant américain risque de payer une colossale amende de 826 millions de dollars.

D’après AP, Cisco a largement coopéré avec les autorités. Mais la police brésilienne est extrêmement réactive et cherche depuis plusieurs mois à lutter davantage contre la fraude fiscale, une pratique très répandue dans le pays et que le président Luiz Inácio Lula da Silva a bien l’intention de combattre.

Les raids de la police brésilienne ont été particulièrement impressionnants. Puisque près de 650 agents ont été mobilisés et 93 mandats exécutés.

Selon la police fédérale brésilienne, cette fraude a été organisée par un homme de nationalité brésilienne et cette escroquerie a largement profité à la société américaine.

Les équipements qui sont entrés illégalement au Brésil, passaient par des pays comme le Panama, les Bahamas, et les îles Vierges britanniques (ndlr : un archipel des Antilles appartenant au Royaume-Uni). Cisco est présent au Brésil depuis 1994 et dispose de sites dans les villes de São Paulo, Rio de Janeiro et la capitale Brasília.

D’après une dépêche publiée par AP, cette enquête est en cours depuis près de deux ans.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur