Cisco va investir 1,1 miliard $ en Inde

Réseaux

Le géant des réseaux IP ne s’intéresse pas seulement à la Chine. Il vient de décider un plan d’investissement dépassant le milliard de dollars sur trois ans en Inde

Cisco Systems a annoncé ce 19 octobre son intention d’investir sur une période longue en Inde et selon plusieurs axes stratégiques.

John Chambers, président, a souligné que l’ampleur des fonds alloués -le montant le plus élevé jamais réuni par le groupe – traduit sa totale confiance dans le potentiel de développement du marché indien: “Nous n’avons jamais rien fait d’une telle dimension“, a-t-il précisé. Selon un plan triennal, l’équipementier engagera 750 millions de dollars pour la recherche et le développement, dont l’essentiel sur son site de la ville indienne de Bengalore. Un autre montant de 150 millions servira pour des plans de financement en faveur de certains clients. Un troisième volet de 100 millions de dollars sera alloué à des fonds de capital risque ainsi qu’à des services de support clients. Cette initiative s’inscrit dans le contexte des multiples mesures prises par le gouvernement indien pour déployer des moyens de communication via Internet ou via la téléphonie mobile. Les ventes de Cisco en Inde connaîtraient un large essor, comme dans le reste du monde, où le chiffre d’affaires a cru de 50% sur les deux années écoulées. Il y a quatre ans, rappelle le Wall Street Journal, Cisco avait déjà investi 200 millions de dollars. Ce nouvel investissement se traduira également par le triplement du nombre d’employés de Cisco en Inde, qui s’élève aujourd’hui à 1.400 personnes. Cisco entretient également des liens avec des firmes indiennes qui contribuent à la R&D. Pour l’heure, il n’est pas question de fabrication “off- shore” même si cette hypothèse n’est pas totalement exclue? Le contraste avec la Chine: les infrastructures inadaptées

Cette initiative spectaculaire de Cisco Systems en Inde rompt avec la vague d’investissements colossaux qui privilégient la Chine depuis quelque temps (cf. Yahoo et Google). Nombreux sont les investisseurs ou industriels qui déplorent que l’Inde soit si peu empressée d’investir dans la modernisation de ses infrastructures: l’état de ses routes et autoroutes, parfois rendues dangereuses par le manque d’entretien, ou encore l’absence d’aéroports, incitent beaucoup d’entrepreneurs à préférer la Chine, où des sites “high tech” complets sont érigés par les autorités locales, en liaison l’enseignement professionnel supérieur (cf. nos reportages). En 2004, la Chine aurait capté 61 milliards de dollars, contre 3,2 milliards seulement, en Inde. L’Inde, en revanche, a la faveur de nombreuses firmes dans les nouvelles technologies du fait de la qualité des cadres indiens et de leurs connaissances en informatique.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur