CITE DES SITES: Napoléon Premier, II, III et… IV

Régulations

Y a-t-il sujet plus rebattu que Napoléon et, sans faire de jeu de mots, je ne parle pas de Trafalgar et de Waterloo. Si l’on en croit Google, Napoléon figure dans 922.000 sites !

Une recherche sur Napoléon, et je découvre un site dédié à l’énumération des sites concernant… Napoléon ! Voilà qui nous a incité à visiter

www.lucidcafe.com, émanation, semble-t-il, de promoteurs de café jamaïcain s’intéressant aux arts et à la littérature. Sa rubrique ‘Rois et Reines’ accueille outre Napoléon : «Antoinette, Marie (sic), Augustus de Rome , Charlemagne, Elizabeth I, Elizabeth II. » Une précision nous est donnée sur la taille de l’Empereur, une erreur de traduction ayant été commise: « La notion répandue du shortness de Napoléon se situe dans la traduction imprécise de vieux pieds français (“pieds de roi“) à l’anglais. La mesure française de cinq pieds deux (5’2″), enregistrée à son autopsie, traduit réellement en cinq pieds six et un demi de pouces (5’6.5”) dans la mesure anglaise, qui était au sujet de la taille moyenne du Français de son jour. C’est également probable qui les hommes de sa garde impériale, avec qui il “a traîné“, étaient très grands, créant l’illusion que Napoleon était court. » (!!!) Napoléon Premier: de Joséphine à Marie-Louise

www.napoleon.org est un site vaste aux innombrables prolongements. Cette semaine, on parle du Grand Trianon où les deux impératrices se succédèrent : « L’Empereur, amoureux depuis toujours de Joséphine – dès le 16, il retournait la visiter à Malmaison où elle s’était réfugiée (?) il ne put s’empêcher d’écrire à son ancienne épouse. “Mon amie, je t’ai trouvée aujourd’hui plus faible que tu ne devais être. Tu as montré du courage, il faut que tu en trouves pour te soutenir (…). Si tu m’es attachée, et si tu m’aimes, tu dois te comporter avec force, et te placer heureuse” Cette lettre fut suivie de plusieurs autres du même ton, il lui écrivait chaque jour : “ Savary me dit que tu pleures toujours ; cela n’est pas bien (…). Je t’ai envoyé de ma chasse. Je viendrai te voir lorsque tu me diras que tu es raisonnable et que ton courage prend le dessus ” “ Eugène m’a dit que tu avais été toute triste, hier ; cela n’est pas bien, mon amie ; c’est contraire à ce que tu m’avais promis“. Pour finir, n’y pouvant plus tenir, il passa le soir du 24 décembre avec elle à Malmaison et le jour de Noël, il l’invita à venir à Trianon.(?) « C’est à Trianon que commencèrent les démarches officielles que Napoléon ne pouvait faire sans avoir la certitude d’être agréé . Le mariage avec une princesse de Saxe fut récusé en raison du fait que ce royaume était allié à la France. On pensa à une princesse russe puis l’Empereur se résolut à accepter la main de l’archiduchesse d’Autriche Marie-Louise. La rencontre de Napoléon avec sa future épouse eut lieu à Compiègne, et la célébration du mariage civil, le 1er avril 1810, fut suivie du mariage religieux le lendemain. Le couple impérial ne se rendit à Trianon qu’en juin.» On y parle aussi de Talleyrand, de Fontainebleau et même des Liaisons dangereuses à l’occasion du deuxième centenaire de la mort de leur auteur, Choderlos de Laclos. Saviez-vous qu’il était général alors qu’il savait si bien calculer le particulier de ses héroïnes ? Il y a une revue de presse abondante et surtout une recension des innombrables livres qui paraissent sur ou au sujet de Napoléon. L’actualité n’est pas négligée. Napoléon a tellement inventé. «C’est Napoléon qui a lancé en 1801 le premier recensement “moderne“, c’est-à-dire recenser la population mais également mieux connaître le mode de vie des Français. De mars jusqu’en avril 1999, les “grognards” de l’INSEE réalisèrent le 33ème recensement suivant la méthode exhaustive (?) A partir de 2004, une nouvelle méthode est mise en place, s’appuyant sur une collaboration plus étroite entre l’INSEE et les communes.» Mais on peut quand même craindre que Napoléon n’y reconnaisse plus les siens ! Une iconographie très fouillée est riche aussi en caricatures. Napoléon II: l’Aiglon, en Sarah Bernhardt… Napoléon II, celui que Victor Hugo appela généreusement l’Aiglon et qu’Edmond Rostand crut immortaliser en l’habillant en Sarah Bernhardt, eut un destin tragique à tous points de vue. Et même en sa dernière demeure, aux Invalides au pied de l’illustre Tombeau de l’Empereur car c’est Adolf Hitler qui la lui assuma un triste soir de décembre 1940. Pour s’attirer les bonnes grâces du gouvernement de Vichy, au moment où le torchon brûlait entre Pétain et Laval. « Sous une dalle de marbre, les restes mortels de son fils, le roi de Rome, appelé aussi «l’Aiglon», éphémère Empereur des Français en 1815, sous le nom de Napoléon II. (?) La dépouille mortelle reposait jusqu’alors à Vienne dans la crypte des Capucins, tombeau familial des Habsbourg.» Est-ce le geste d’Hitler qui a refroidi les ardeurs des amoureux ou plutôt des amoureuses de l’Aiglon ? Elles étaient légion avant la guerre, arborant un médaillon ou autre effigie du jeune garçon. Toujours est-il qu’il n’existe pas, à ma connaissance, de site consacré au fils légitime de l’Empereur. Napoléon III: le “petit” -un démocrate?! En revanche, Napoléon III est présent. D’abord sur le site consacré à Napoléon 1er et puis dans www.napoleontrois.free.fr, un site non partisan où l’on ne s’extasie pas sur tous les faits et gestes de «Napoléon le Petit» «Ce brûlot anti-bonapartiste est publié le 5 août 1852, le jour même où Victor Hugo arrive à Jersey, au début d’un long exil. Presque un siècle et demi plus tard, Philippe Séguin, président de l’Assemblée nationale et fin connaisseur de Napoléon III, en fait au contraire un chef d’État visionnaire et incompris, animé d’une “foi démocratique” et précurseur du général de Gaulle. Plus récemment encore, Alain Minc affirme qu’il faut “revisiter” sa personnalité et son oeuvre, qui semblaient fasciner François Mitterand. « Entre la légende noire et la réhabilitation enthousiaste, où est donc la vérité ? Comment répondre à cette question, maintes fois posée par les historiens : Napoléon III était-il démocrate ? « On serait tenté de dire qu’il n’existe pas de réponse, tant sont profondes les ambiguïtés du personnage et de son règne. Sous la bannière de Napoléon III cohabitent plusieurs familles de bonapartisme, qui lui ont fourni l’occasion d’une boutade fameuse : “L’impératrice est légitimiste ; le prince Napoléon est républicain, Morny est orléaniste ; moi-même, je suis socialiste ; il n’y a que Persigny qui soit bonapartiste, et il est fou.” » www.herodote.net/ raconte bien le coup d’État du 2 décembre 1851 mais le site précédent n’est pas en reste, qui publie avec le récit des documents explicites comme la peinture de Méjanel représentant le député Baudin. Napoléon… IV ! un contemporain… Napoléon III eut un fils, Edmond Rostand en eut un aussi, le sémillant Maurice qui, désirant épouser les traces de son père eut l’idée d’illustrer Napoléon IV. Lequel possède son site. Je ne veux pas parler de www.desinformations.com/ qui annonce: «Napoléon IV sera sacré empereur à Notre-Dame de Paris le 2 décembre 2004 « Correspondance de Guernesey « Fort de son immense prestige de résistant à l’envahisseur américain et de son image de héraut de la paix mondiale, Jacques Chirac a annoncé son intention de se faire sacrer “Empereur de tous les Français“, à la suite des trois Bonaparte qui l’ont précédé. « A cette occasion, le chef de l’Etat changera de nom et prendra celui de Napoléon IV, afin de marquer sa volonté d’inscrire sa domination hégémonique sur les institutions et les esprits dans la continuité impériale qui fit la gloire de la France»… Non, disais-je, je veux parler de www.arteurop.org qui exalte «un parti-spectacle pour allumer un chaos festif, avant de régénérer le monde dans un ordre différent, que nous souhaitons meilleur, sans avoir l’imprudence de le promettre ; un parti- d’en- rire pour reprendre sérieusement la politique là où Coluche, grand maître mythophobe, l’a laissée, et pour poursuivre dans sa voie, afin de bâtir un Empire du sens sur les décombres de la République du non-sens. » Nous retiendrons aussi tant elle est attendrissante la couverture du livre d’Alain Frerejean. Les sites… cités: www.lucidcafe.com/ www.napoleon.org napoleontrois.free.fr www.herodote.net/ www.arteurop.org


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur