Clavier français : une norme pour remplacer Azerty

Utiliser un clavier qui respecte l’intégrité de la langue, c’est l’objectif de la norme NF Z71-300 publiée par l’ Association Française de Normalisation (AFNOR).

 » Certains caractères très répandus dans la langue française sont bien absents des claviers : c’est le cas par exemple des ligatures « e dans l’a » pour « et cætera », du « e dans l’o » de « œuf ». D’autres sont difficilement accessible ou absents, selon les systèmes d’exploitation. C’est le cas par exemple pour le [é] et le [ç] majuscules. » explique l’AFNOR.

Une restriction qui s’applique aussi aux langues régionales comme l’occitan, le corse ou le catalan.

Après plus de trois ans de travail et une enquête publique qui a recueilli des milliers de commentaires, la nouvelle norme dite « d’application volontaire » ( donc sans pouvoir de contrainte) est donc disponible pour  » les éditeurs de systèmes d’exploitation et aux fabricants de clavier pour ajuster, sans révolutionner, les claviers français ».

Azerty « optimisé » et Bépo

La  nouvelle norme propose deux modèles de claviers. 

Le premier dit  » azerty optimisé »  » contient les 26 lettres de l’alphabet et les chiffres ne changent pas de place, contrairement à certains autres signes tels que certaines voyelles accentuées, l’arobase, la ponctuation, le dièse (hashtag), les symboles monétaires, les accolades….  Les utilisateurs intéressés pourront donc facilement intégrer ces évolutions. » indique l’AFNOR

 

 

 

 

Le second modèle dit « bepo »  a déjà quelques adeptes.  » Ce modèle est aujourd’hui reconnu comme proposant la disposition la plus ergonomique et efficace possible pour la saisie du français et d’autres langues à alphabet latin, mais aussi pour la programmation. »

Cette norme est désormais à la disposition des fabricants qui souhaiteraient élargir leur gamme.
 » Les entreprises et administrations pourraient en faire un prérequis dans leurs appels d’offres visant à renouveler leur matériel bureautique. » précisent l’AFNOR.

Crédit photo : © Markus Mainka / Shutterstock