Cloud et collaboratif au centre de la stratégie Cisco en 2015

AppsCloudCollaborationDatacentersDSIIAASLogicielsMobilitéPAASProjetsServeurs

Pour ses 30 ans, Cisco veut s’inscrire comme un fédérateur de l’industrie du Cloud et pousser ses outils collaboratifs.

Cisco fête ses 30 ans en 2015. « On n’est plus une start-up mais on n’est pas IBM », illustre Eric Greffier, directeur Business Solutions & Expertise en France pour souligner l’entre-deux âge de l’entreprise mondiale et poids lourd du secteur IT depuis quelques années déjà.

Une position qui s’est construite à coups d’évolutions, plus techniques que commerciales. Ces dernières années, notamment, Cisco a « simplifié son portefeuille pour dégager des marges de manœuvre fortes », ouvert sa R&D à l’écosystème mais aussi ses développements dont 95% s’accompagnent d’API par défaut aujourd’hui. « Penser dans le design comment mettre des API au sein  du développement est relativement nouveau », indique le responsable. Et incontournable. « Plus personne ne peut prétendre gouverner chez un client sans être ouvert aujourd’hui. »

Une évolution constante que Cisco entend poursuivre. Après l’arrivée de l’équipementier dans les serveurs (UCS) ou dans la vidéo communication cette dernière décennie, l’évolution se concentrera cette année autour du Cloud et du collaboratif, notamment. « Mais on reste plombier », plaisante Eric Greffier pour rappeler l’importance stratégique de fournisseur de solutions réseau, infrastructure de base s’il en est de toute la chaîne IT.

Fédérer InterCloud

Côté Cloud, Cisco va accentuer sa stratégie InterCloud. Présenté il y a un an, cette « vision du Cloud de demain », résume Christophe Labro, directeur Cloud Service, s’est concrétisée avec l’arrivée de Fabric en novembre 2014. Agnostique en matière d’hyperviseur (VMware, Hyper-V, KVM), cette première brique d’InterCloud est une distribution personnalisée d’OpenStack qui fournit un outil de base d’interconnexion sous forme software indépendant du hardware afin de « présenter un catalogue de services face au bon modèle applicatif ». Dans ce Cadre, Cisco entend s’inscrire comme un fournisseur de services Cloud (WebEx, sécurité, réseau…) sur une place de marché mondiale accessible à travers InterCloud.

De gauche à droite : Christophe Labro (directeur Cloud Service), Bruno Caille (Solutions de Collaboration) et Eric Greffier (Business Solutions & Expertise) fêtent les 30 ans de Cisco.
De gauche à droite : Christophe Labro (directeur Cloud Service), Bruno Caille (Solutions de Collaboration) et Eric Greffier (Business Solutions & Expertise) fêtent les 30 ans de Cisco.

Autrement dit, permettre aux entreprises d’exploiter le service de manière optimale en regard de son modèle de distribution, qu’il soit dans le Cloud privé ou public. InterCloud fédère aujourd’hui AWS, Azure, IBM Softlayer et Google Cloud. Cisco va désormais travailler à la normalisation pour assurer l’interopérabilité des applications entre les différents Cloud et la récupération potentielle des données, et apporter les connecteurs aux différents partenaires (et autres hébergeurs) Iaas, Paas, Saas. « Ils pourront vendre du Cloud hybride », se réjouit Christophe Labro en évoquant les 200 partenaires InterCloud aujourd’hui référencés. Cisco doit également s’assurer de disposer des ressources pour accompagner le développement des applications et les complémentarités sur les API. Sur ce point, l’équipementier devrait prochainement annoncer des rapprochements avec des programmes universitaires. « C’est un chemin que l’on emprunte pour les dix prochaines années », résume Eric Greffier.

Accélérer dans la “visio”

Autre axe stratégique de développement pour Cisco : la collaboration. « La collaboration existe depuis 15 ans chez Cisco, nous avons inventé le marché de la téléphonie sur IP », rappelle Bruno Caille, directeur des Solutions de Collaboration. Malgré la vente à ce jour de 80 millions de système ToIP et 2 millions d’outils de visioconférence (immersive et salles de réunions), il s’agit d’impulser une nouvelle voie, et image, à ses outils de communications unifiées. Une stratégie amorcée il y a deux à travers la refonte de l’unité Collaboration Technology Group avec l’arrivée de Rowan Trollope à sa tête, et qui va s’amplifier avec l’élargissement de la mobilité, le Cloud intensivement utilisé par les outils grand public et la vidéo à travers les clients Skype, Facetime, Hangouts… « Nous travaillons sur les standards pour répondre à la problématique multi OS, multi device », indique Bruno Caille. Un travail qui s’appuie sur le WebRTC (une implémentation du HTML 5.0 qui affranchit les navigateurs des plugins vidéo propriétaires) et du codec H.265 pour optimiser la qualité de la vidéo en regard de la bande passante disponible.

La “visio” est un marché en pleine expansion. Rien qu’en France, il concerne 400 000 salles de réunion. « 7% sont aujourd’hui livrées », assure Bruno Caille. Il ajoute que « la problématique d’adoption n’est désormais plus technique mais manageriale. La visio constitue un point innovant pour l’entreprise ». Outre les gains de temps et la réduction des émissions de CO2 que permettent les outils de vidéocommunication, ils promettent d’unifier les équipes éparpillées géographiquement et obligent les intervenants à se concentrer sur l’objet de la réunion, assure notre interlocuteur. Une manière d’optimiser le temps partagé et, donc, l’efficacité de l’exercice.

En parallèle de la visio Cisco a présenté, en novembre dernier, Project Squared, un outil web et mobile (Android, iOS) de collaboration unifiée intégrant le chat, l’audio et la vidéo ainsi que le partage de contenus. Cette application « qui virtualise la war room » a nécessité le redéveloppement de l’infrastructure Cloud chez Cisco afin de pouvoir accélérer les évolutions de développement (en adoptant le mode DevOpps) et en intégrant le chiffrement des données et communications, l’évolutivité et l’ouverture des API. « Square est la partie visible de l’infrastructure Cloud visio de Cisco, précise le responsable. Aujourd’hui, la visio est en point à point, demain, nous visons l’intégration dans l’environnement de l’entreprise qui pourra en gérer qualité de service. » Les premiers tests devraient commencer en mai prochain. Autant d’usages en temps réel qui nécessitent la compréhension des enjeux du réseau. « Quand on développe nos applications, on pense réseau », assure Bruno Caille. Normal pour un « plombier ».


Lire également
Cisco étend son réseau Intercloud auprès d’opérateurs
Cisco rachète Metacloud, spécialiste d’OpenStack
Cisco ne veut pas entendre parler de neutralité du Net


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur