Pour gérer vos consentements :
Categories: CloudIAAS

Cloud JWCC : le Pentagone veut éviter le fiasco

Après avoir suspendu et annulé le méga-contrat JEDI, le Département de la défense des États-Unis (DOD) retarde l’attribution du contrat cloud JWCC pour « Joint Warfighter Cloud Capability », relève l’agence de presse Reuters.

Le gouvernement fédéral des Etats-Unis avait pourtant l’ambition de passer contrat « avant avril 2022 ». Et ce pour « une solution cloud multi-attribution et multi-fournisseurs avec une période de rendement ne dépassant pas cinq ans ».

Cependant, dans un contexte géopolitique et économique troublé, le Pentagone a besoin de davantage de latitude pour évaluer les projets d’entreprises en lice. « Cela va nous prendre un peu plus de temps que nous le pensions », a déclaré John Sherman, chief information officer (CIO, DSI en français) du DOD, rapporte Reuters. L’échéance est repoussée à décembre 2022.

Les dossiers d’hyperscalers – Amazon Web Services (AWS), Microsoft Azure, Google Cloud et Oracle – sont actuellement étudiés par le Pentagone. Chacun des 4 founisseurs pourraient être sélectionnés et emporter un ou plusieurs lots du contrat JWCC.

La valeur totale du contrat pourrait atteindre 9 milliards de dollars sur cinq ans.

JWCC remplace JEDI

JWCC est le successeur multicloud du méga-contrat à fournisseur unique « Joint Enterprise Defense Infrastructure » ou JEDI.

Une attribution contestée en justice, des retards accumulés et un changement d’administration (Trump puis Biden) ayant eu raison de JEDI.

Le contrat initial – d’une valeur potentielle de 10 milliards de dollars sur 10 ans – fut attribué à Microsoft en octobre 2019, sous administration Trump. L’accord a été suspendu, puis finalement annulé par l’administration Biden l’été dernier. Le Pentagone déclarait alors: « en raison de l’évolution des exigences, de la connaissance et des avancées de l’industrie en matière de cloud computing, le contrat cloud JEDI ne répond plus aux attentes ».

Alors que l’administration Trump voulait un référent cloud unique pour le DOD, l’administration Biden ambitionne d’éviter le verrouillage auprès d’un fournisseur de services cloud d’infrastructure. Il s’agit, par ailleurs, de fournir des perspectives d’affaires, plutôt qu’un combat juridique, à des multinationales américaines avec lesquelles l’institution travaille déjà.

(crédit photo : David B. Gleason, CC BY-SA 2.0)

Recent Posts

Après la NAND, Intel dit stop à la gamme Optane

Après avoir vendu son activité NAND, Intel tire un trait sur la technologie 3D XPoint,…

2 semaines ago

Google Analytics : la Cnil a posé les règles du jeu

Près de six mois ont passé depuis de que la Cnil a déclaré l'usage de…

2 semaines ago

Truffle 100 France : le top 20 des éditeurs de logiciels

Truffle 100 France : qui sont les 21 entreprises qui ont dépassé, en 2021, les…

2 semaines ago

Cloud : AWS brocarde les politiques de licences Microsoft

Un dirigeant d'Amazon Web Services dénonce des "changements cosmétiques" apportés par Microsoft à ses politiques…

2 semaines ago

Sécurité du code au cloud : Snyk Cloud, un joker pour développeurs

Snyk officialise le lancement de sa solution de sécurité cloud pour développeurs, Snyk Cloud, fruit…

2 semaines ago

Cegid accroche Grupo Primavera à son tableau d’acquisitions

Cegid va absorber Grupo Primavera, plate-forme de logiciels de gestion d'entreprise née dans la péninsule…

2 semaines ago