Cloud : l’opérateur Century Link lorgnerait sur Rackspace

DSI

Voilà  plusieurs mois que Rackspace se cherche un avenir, face à  la concurrence d’Amazon, mais également de Microsoft. En mai dernier, Bloomberg affirmait que le fournisseur de Cloud avait mandaté la banque Morgan Stanley pour étudier différentes options dont la vente ou un partenariat. Pour mémoire, la firme a travaillé avec la NASA pour créer

Voilà  plusieurs mois que Rackspace se cherche un avenir, face à  la concurrence d’Amazon, mais également de Microsoft. En mai dernier, Bloomberg affirmait que le fournisseur de Cloud avait mandaté la banque Morgan Stanley pour étudier différentes options dont la vente ou un partenariat. Pour mémoire, la firme a travaillé avec la NASA pour créer le projet OpenStack. Ce projet a bien grandi depuis pour devenir une plateforme incontournable pour le cloud aujourd’hui. Rackspace est donc une proie idéale pour qui veut obtenir immédiatement une expertise sur OpenStack.

Peu d’échos ont fuité dans la presse sur les prétendants au rachat de Rackspace, mais Bloomberg annonce aujourd’hui que l’opérateur Century Link est sur les rangs. Actuellement la valorisation boursière du fournisseur de Cloud est estimée à  5,3 milliards de dollars contre plus de 26 milliars pour l’opérateur. Les deux acteurs ont été interrogés sur cette rumeur, mais personne n’a souhaité commenter cette information.

Une opération qui a du sens

Pour Century Link, cette acquisition aurait du sens pour un acteur qui a déjà  réalisé des acquisitions similaires. En 2011, la société basée en Louisianne, à  Monroe, avait déboursé 2,3 milliards de dollars pour acquérir Savvis et son activité datacenter et hébergement. En 2013, elle s’était emparée de Tier 3, un fournisseur de PaaS et d’IaaS, pour la somme de 200 millions de dollars. Avec Rackspace, l’opérateur étofferait ainsi son portefeuille Cloud et disposerait en sus d’une forte expertise autour d’OpenStack.

Pour Rackspace, cette opération lui permettrait de faire face à  la concurrence tarifaire que se livre AWS, Microsoft et Google sur le Cloud public. Cette guerre impacte fortement les marges. Par ailleurs, la firme basée à  San Antonio s’appuie beaucoup sur le support pour déployer les environnements OpenStack. Une stratégie pertinente, mais coûteuse à  l’heure o๠de plus en plus de sociétés (IBM, HP, et d’autres) automatisent ces processus.

Crédit photo : Rangizzz / Shutterstock

A lire aussi  :

Rackspace ouvre (enfin) son service Hadoop dans le Cloud


Auteur : admin
Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur