Cloud : Microsoft l’emporte auprès des DSI

CloudDSIProjets

Pour soutenir leur numérisation, les entreprises sont prêtes à investir davantage dans le cloud. Microsoft Azure et AWS en sont les principaux bénéficiaires.

Malgré les tensions, Microsoft reste un fournisseur stratégique pour les directions des systèmes d’information (DSI) de grands groupes.

Une enquête de la banque d’investissement J.P. Morgan, dont s’est fait l’écho Barron’s, témoigne de cet engouement.

Selon l’enquête menée auprès de 122 DSI, 18% des budgets IT seraient actuellement consacrés aux services cloud. Par ailleurs, ce taux pourrait passer à 41% d’ici 5 ans.

Quels fournisseurs de services cloud bénéficient le plus de ces investissements ?

Microsoft l’emporte. Ainsi, près de 60% des DSI et par ailleurs clients de la firme ont déclaré prévoir d’investir davantage cette année dans des technologies et services cloud (Azure…) proposés par l’éditeur de Redmond.

Amazon Web Services (AWS) qui domine toujours le marché mondial du cloud public, est second sur ce plan. 30% des DSI déclarant envisager de dépenser plus d’ici la fin de l’année dans ses services.

Microsoft et AWS sur un nuage

On retrouve le même duo lorsqu’il est question de désigner le fournisseur le plus stratégique pour l’IT de l’entreprise concernée : 51% des organisations (contre 40% l’an dernier) présentent Microsoft comme leur fournisseur le plus critique, largement devant AWS et Google Cloud.

La situation est moins favorable, selon J.P. Morgan, pour IBM, qui vient de boucler le rachat de Red Hat, et Oracle, qui a récemment noué un partenariat d’ampleur avec Microsoft Azure. Ces deux groupes étaient, avant ces rapprochements distincts, les plus susceptibles de perdre des opportunités commerciales auprès de grands acheteurs de technologies, toujours selon J.P. Morgan.

D’autres experts financiers font une analyse proche, relève Barron’s. IBM et Oracle ne seraient pas les mieux orientés. En revanche, « Microsoft et Amazon continuent de bénéficier d’un élan sans précédent pour leurs activités cloud », a déclaré Toni Sacconaghi, analyste chez AllianceBernstein, à la suite d’une enquête menée auprès de 107 DSI.

56% d’entre eux prévoient de dépenser plus auprès de AWS au cours des cinq prochaines années. 49% l’envisagent lorsqu’il est question de Microsoft. Les intentions d’acheteurs seraient donc moins favorables pour IBM et Oracle, selon Bernstein.

Il n’empêchent tous les fournisseurs cités peuvent endurer la décélération du rythme de croissance des dépenses IT mondiales.

Selon de récentes prévisions du cabinet Gartner, après un gain de 5% en 2018, les dépenses informatiques mondiales devraient stagner (+0,6%) à 3,7 milliards de dollars tout de même en 2019.

Les investisseurs scrutent les soubresauts du marché liés aux tensions commerciales sino-américaines et au Brexit.

(crédit photo © Shutterstock)

Lire aussi :