Cloud : Oracle quadruple ses ressources data center dans le monde

Bases de donnéesBig DataCloudData & StockageDatacentersIAASPAAS
mark-hurd-oracle

Convention CloudWorld : Oracle élargit ses capacités data centers sur trois régions dans le monde pour rester dans la compétition vivace des services cloud.

La frilosité vis-à-vis du cloud, c’est fini. Oracle veut désormais se montrer plus offensif face à des poids lourds comme Google et Amazon.

Lors de la Convention CloudWorld organisée à New York, on a ressenti une accélération du déploiement de son infrastructure Cloud dans le monde avec 12 nouveaux datacenters.

L’éditeur californien arrose le monde avec plusieurs centaines de millions de dollars en investissements pour étendre son réseau Cloud, pourrait-on dire.

De nouvelles ressources en data centers seront disponibles en Asie (Chine avec la collaboration du groupe Tencent, Inde, Japon, Arabie Saoudite, Singapour, Corée du Sud), en Europe (Pays-Bas et Suisse) et en Amérique du Nord (Canada et USA avec deux nouveaux centres de données pour des infrastructures critiques rattachées au ministère de la Défense).

Une offensive qui revient à quadrupler les ressources DC du groupe en deux ans, selon le Wall Street Journal.

“Le futur de l’IT, c’est l’autonomie. Avec notre réseau étendu de data centers modernes, Oracle est le mieux placé pour fournir les technologies les plus autonomes dans le monde”, assure Mark Hurd, CEO du groupe technologique californien, cité dans le communiqué.

Au-delà des prestations classiques que l’on propose dans le Cloud (SaaS, PaaS, IaaS), l’éditeur tend à développer une vision “automatisée” de ses technologies, y compris son cœur de métier : la gestion de bases de données d’entreprise (Oracle Autonomous Database, dévoilée en octobre dernier lors de la convention OpenWorld).

Le groupe, fondé en 1977 par Larry Ellison (il occupe toujours le poste de directeur des technologies), suit aussi la vague des technologies montantes comme l’intelligence artificielle ou la blockchain.

En pariant sur sa plateforme Oracle Cloud, l’éditeur évoque “l’autonomie” ou “l’automatisation” sur plusieurs axes : exploitation des machines et des services, sécurité et maintenance/réparation des chaînons de l’infrastructure IT. Des approches qui seront conjuguées avec l’exploration du potentiel du machine learning.

D’ici la fin de l’année, Oracle compte mettre sur le marché des modules Cloud en mode d’exploitation autonome pour gérer des apps, des bots et des entrepôts de données associés à des services d’analyses.

Au nom de l’exploitation de sa gamme de solutions d’entreprise (CRM, ERP, HCM), Oracle compte aussi intégrer les technologies d’assistance vocale en étant agnostique : Amazon Echo (Alexa), Apple Siri, Google Home, Microsoft Cortana…

Parallèlement, Oracle annonce l’expansion de ses programmes de soutien aux start-up. L’initiative Oracle Startup Cloud Accelerator débarque en Amérique du Nord avec un site à Austin.

C’est la neuvième déclinaison avec Bangalore, Mumbai, Delhi (Inde), Bristol (Royaume-Uni), Paris (France), Sao Paulo (Brésil), Singapour et Tel Aviv (Israël).

Crédit photo: Oracle (compte Twitter)

Lire aussi :

Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur