Cloud du Pentagone : Amazon blâme Trump pour la perte du contrat JEDI

Amazon conteste, comme prévu, devant la Cour fédérale des plaintes (U.S. Court of Federal Claims) l’attribution par le Pentagone à Microsoft du méga-contrat JEDI de fourniture de services cloud à 10 milliards de dollars sur 10 ans. Dans un document judicaire de 103 pages dont Reuters s’est fait l’écho lundi 9 décembre, le groupe dirigé par Jeff Bezos accuse expressément le 45e président des États-Unis, Donald Trump, d’avoir exercé une « pression inappropriée » pour influencer le choix du Pentagone.

Selon la multinationale américaine et ses avocats, Donald Trump a mené « des attaques répétées, publiques et en coulisses » pour écarter AWS, filiale cloud d’Amazon, du contrat JEDI (Joint Enterprise Defense Infrastructure) de fourniture et maintenance d’une infrastructure cloud et des services associés à base d’intelligence artificielle.

Amazon Web Services (AWS), premier fournisseur mondial du cloud public, a longtemps été considéré comme le favori. Mais le 25 octobre dernier, le Département de la défense des États-Unis (DOD) a sélectionné Microsoft Azure finalement.

À qui profite le jeu d’influence ?

Amazon estime que la défiance du président américain à l’égard de Jeff Bezos, son fondateur et CEO, également propriétaire du Washington Post, « perçu comme un ennemi politique » par le locataire de la Maison Blanche, a largement influencé la décision tardive du Pentagone. Dans sa plainte, Amazon demande donc au DOD de « réévaluer les offres de manière juste et sans influence inappropriée, directe ou indirecte. »

Mais le Pentagone n’a pas cette intention. Le DOD, par le biais d’une porte-parole, s’est déclaré « confiant dans son choix d’attribution du contrat JEDI ». Et a assuré que la décision avait été prise « conformément au processus normal de sélection des sources. »

Microsoft, de son côté, a réagi sur ce volet du dossier. « Les faits montreront que le Département de la défense a mené un processus détaillé, approfondi et équitable » pour déterminer quel est le candidat le mieux placé pour ce contrat, a déclaré un porte-parole.

Pour certains analystes, enfin, si le bras de fer engagé par Amazon peut retarder le déploiement de JEDI, il est peu probable que le Pentagone revienne sur sa décision.

(crédit photo © Schutterstock)