Cloud public : 2021, l’année de tous les records ?

Cloud
NetApp CloudJumper

SaaS, PaaS, IaaS et postes de travail virtuels dans le cloud public devraient bénéficier d’une hausse mondiale des investissements des entreprises.

La massification du travail à distance profite largement au cloud public. « La pandémie de Covid-19 a obligé les organisations à se concentrer sur trois priorités : préserver la trésorerie et optimiser les coûts informatiques, soutenir et sécuriser le travail à distance, assurer la résilience », a déclaré Sid Nag, VP de recherche chez Gartner. « Investir dans le cloud est devenu un moyen pratique pour répondre à ces trois besoins », a-t-il ajouté.

Aussi, selon des enquêtes récentes du cabinet d’études, près de 70% des organisations qui utilisent des services cloud aujourd’hui prévoient d’augmenter leurs investissements dans ce domaine pour relancer leur activité impactée par la pandémie de Covid-19.

Dans ce contexte, le marché mondial des services de cloud public progresserait en valeur de 18,4% à 304,9 milliards de dollars en 2021, contre 257,5 milliards de dollars en 2020.

Qu’en est-il des différents segment du marché ?

Logiciel en mode cloud et bureau virtuel

Le logiciel en tant que service (SaaS), segment le plus étendu, pourrait franchir les 117 Md$ l’an prochain. L’infrastructure en tant que service (IaaS) (65,2 Md$ attendus en 2021), les plateformes en tant que service (PaaS) (55,4 Md$) sont d’autres segments en croissance.

En valeur, les services cloud de gestion des processus métiers (BPaaS) (47,5 Md$) et les services de gestion et de sécurité en mode cloud (17 Md$) arrivent ensuite.

Gartner observe, par ailleurs, que l’investissement dans des solutions de bureaux hébergés/virtuels (DaaS, desktop-as-a-service) progresse fortement. Les dépenses des entreprises dans ce domaine pourraient atteindre près de 2 milliards de dollars en 2021.

(crédit photo © Shutterstock)

Lire aussi :

Avis d'experts de l'IT