CloudForce 09: Salesforce prône le 'cloud' temps réel, pour mobiles

Réseaux

Lors de son événement annuel européen, Salesforce, porte-drapeau du ‘Cloud Computing’,  annoncé une extension gratuite pour  téléphones mobiles.

Londres. – Forte fréquentation en la capitale du Royaume-Uni lors de la manifestation européenne du trublion ‘Salesforce.com”. Dénommé jusque-là DreamForce, elle a été rebaptisée ‘CloudForce’.

Du rêve à la réalité… “Ils ne tiendront jamais”-“Et avec quel financement?”-“un jour tout va tomber, et on n’en parlera plus”… Qu’ils sont loin aujourd’hui les sarcasmes éclairés, lancés jadis par certains analystes forcément visionnaires ! Peu d’entre eux auraient misé il y a dix (voire cinq) ans sur le fait que Salesforce.com réaliserait près de deux milliards de dollars de chiffre d’affaires. Alors, le CEO Marc Benioff exulte, avec un enthousiasme retenu. Mais la jubilation perce. Lui n’a jamais douté.

Le Cloud en temps réel sans orage

A propos de “temps réel” (Real-Time Cloud), le Cloud favorise évidemment un déploiement en quelques clics. Martin Moran, directeur des comptes stratégiques en EMEA chez Salesforce nous explique:

“Les clients peuvent essayer nos offres avec toutes les fonctions en temps réel et créer des applications opérationnelles en quelques heures et les tester dans le monde entier. Par ailleurs, pendant le développement ou l’amélioration d’une application, le fonctionnement en mode ‘sandbox‘ autorise les tests avec des jeux de données réels de façon totalement isolée. Et si les tests s’avèrent concluants, le déploiement de la nouvelle version s’effectue en un clic et immédiatement dans le monde entier. Essayez donc avec une autre solution !”

Mobilité incluse sans surcoût !

Salesforce revoit sa stratégie pour son offre d’accès mobile aux applications. Tout d’abord, la gratuité: ça ne devrait pas déplaire… “En discutant avec nos clients, nous avons constaté qu’un ensemble de fonctions Mobiles étaient très utilisées, sans forcément personnaliser les écrans par exemple. Nous avons donc décidé de proposer Salesforce Mobile Lite pour permettre l’accès instantané et sécurisé aux applications Salesforce par les mobiles iPhone, Blackberry et Windows Mobiles”, explique Chuck Dietrich, dg de Salesforce Mobile. Il suffit à l’administrateur d’autoriser l’accès à une application par les mobiles, sans rien développer. Ensuite, une application pour chaque plate-forme mobile est téléchargeable gratuitement (sur l’AppStore pour l’iPhone…). Il suffit alors à l’utilisateur de se connecter avec ses identifiants pour accéder à ce à quoi il a droit instantanément. L’option demeure pour plus de personnalisation, ou des développements plus évolués. Cependant, la version Lite permet l’affichage des écrans et des tableaux de bord et la mise à jour des tasks et des events (par exemple des fiches à zones de saisie).

Un nouvel habillage marketing pour une meilleure lisibilité

La présentation de la technologie et des offres a évolué pour faciliter la compréhension des solutions (voir illustration). Cependant, les produits restent les mêmes.

Trois composantes majeures de l’offre expliquent plus clairement le positionnement:

Sales Cloud regroupe l’offre originelle de CRM qui a donné son nom à la société filiale. Cette offre illustre comment un partenaire peut simplement proposer ses solutions sur la plate-forme qui s’étend ainsi au-delà de fonctions CRM.

Certains clients souhaitent continuer à travailler avec des éditeurs tout en utilisant Salesforce. Une intégration très simple (Services Web et API) permet à tout éditeur d’intégrer la plate-forme AppExchange et de venir ainsi accessible à tous les clients Salesforce. D’autre part, certains éditeurs y voient un moyen d’augmenter leurs revenus tout en profitant de notre plate-forme robuste et sécurisée“, assure Tim Knight, directeur Force.com chez Salesforce.

Enfin, Your Cloud montre que le client peut créer son application Cloud reposant sur l’infrastructure unique Salesfiorce, en combinant les services de la plate-forme Force.com et les applications AppExchange de sociétés tierces.

Côté développement, Tim Knight souligne : “Nous reconnaissons 16 langages de développements que notre plate-forme convertit à notre langage Apex. Puis le débogage s’effectue sur du code Apex dont la syntaxe est similaire à tous les langages couramment utilisés.”

En France aussi – positivement

Ces solutions s’adressent à toutes les entreprises et pas seulement aux PME:

Parmi nos clients français, nous comptons Areva, Air Liquide, SFR, la Société générale, et bien d’autres. Et nous maintenons des liens de plus en plus réguliers avec les grands intégrateurs comme Cap Gemini ou Accenture. Leurs consultants se doivent de conseiller les clients en matière d’innovation. Or, ils ont maintenant compris que notre force sur le CRM pouvait effectivement devenir une plate-forme et incarner une forte tendance : lecloud computing, robuste, flexible et fiable, avec un déploiement mondial en un clic. Ils conseillent donc cette approche à leur client, comme levier essentiel du changement”, affirme Martin Moran, qui prouve aussi que l’éditeur a rapidement identifié un frein majeur à l’expansion de son offre.

Très vite nous avons compris que, même pour des entreprises travaillant en anglais, la localisation des solutions représentait un accélérateur. C’est pourquoi nous avons traduit et localisé nos solutions dans 14 langues !”

Quelques analystes attribuent à la crise le regain d’intérêt pour le cloud computing. Soit ! Tout levier pouvant faire évoluer les organisations vers une meilleure concentration sur leur métier originel peut être bon à prendre !

salesforce_cf09.jpg


Auteur : José Diz
Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur