Cloudwatt nomme Nadine Pichelot présidente par Interim

CloudIAAS

Acteur du « Cloud souverain » détenu par Orange, Thales et l’État, Cloudwatt se donne une quinzaine de jours pour nommer son prochain Pdg. En attendant, la directrice financière du groupe, Nadine Pichelot, assure l’intérim.

Après le départ de Patrick Starck, fin mars, Nadine Pichelot, jusqu’ici directrice financière et responsable RH, a été nommée présidente par intérim de Clouwatt. Le groupe se donne une quinzaine de jours pour nommer son prochain Pdg. Le futur titulaire sera chargé d’incarner une stratégie axée sur la souveraineté, dans la puissance de calcul et le stockage de données.

Retard à l’allumage pour Cloudwatt

En 2012, l’État a investi dans deux projets concurrents de « Cloud souverain » : Cloudwatt et Numergy. Les deux groupes disposent chacun d’un capital initial de 225 millions d’euros, dont 75 millions d’euros investis par la Caisse des dépôts via le Fonds national pour la société numérique (FSN). Avec eux, Bercy ambitionne de faire émerger des offres françaises capables de concurrencer les prestations de poids lourds américains du Cloud public – Amazon, IBM, Microsoft… –, dont la crédibilité a été écornée par le scandale des écoutes « Made in NSA ».

Mais ce grand dessein reste à concrétiser. Numergy, qui est détenu par le Caisse des dépôts (CDC), SFR et Bull, a été le premier à commercialiser une offre via ses revendeurs. Cloudwatt a tardé. Ses premiers services d’infrastructure (IaaS) ont été lancés à l’automne 2013. Soit un an après sa création à l’initiative d’Orange, Thales et la CDC, ses actionnaires.

Pour convaincre, le conseil de surveillance de Cloudwatt table sur une nouvelle direction.


Lire aussi

Un audit de Bercy ? Cloudwatt dément

Patrick Starck, Cloudwatt : « Offrir la transparence que les acteurs américains refusent »


Auteur : Ariane Beky
Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur