Club-Internet est à vendre

Régulations

Cette décision de Deutsche Telekom, la maison mère du FAI, est
stratégiquement et financièrement logique

La rumeur courrait depuis quelques mois, elle est aujourd’hui confirmée. Deutsche Telekom annonce la vente de Club-Internet et de ses 600.000 clients ADSL.

Cette décision n’est pas une surprise. D’abord, Deutsche Telekom, la maison mère du 5e FAI français, connaît actuellement de grandes difficultés financières. L’opérateur historique allemand vient de publier un bénéfice net en chute de 43% pour l’année 2006 et doit revoir sa stratégie.

Ensuite, Club-Internet est un acteur mineur ayant du mal à suivre les prix agressifs des leaders, le tout dans un paysage français de l’Internet qui se concentre à marche forcée. Rappelons que AOL France a été racheté par Neuf Cegetel, que Tiscalia été repris par Telecom Italia (Alice), et que SFR s’est emparé de Tele2 ADSL.

Ces rachats concentrent le marché autour de trois acteurs de poids : Orange (France Telecom) avec 5,9 millions de clients, Free (Iliad) avec 2,2 millions de clients et Neuf Cegetel (Louis Dreyfus-SFR) avec 2,1 millions de clients. A eux trois, ils rassemblent plus de 80% du parc d’abonnés ADSL.

Face aux coûts d’acquisition de nouveaux abonnés de plus en plus élevés, et en attendant le lancement de technologies de rupture comme la fibre optique (les trois leaders ont annoncé des lancements pour 2007), les opérations de croissance externe représentent une bonne opportunité pour grandir d’un coup.

Une perspective stratégique pour Free ou Neuf Cegetel qui aujourd’hui sont au coude à coude derrière Orange. Si l’un des deux emporte le morceau (600.000 abonnés), il prendra une sérieuse avance sur son concurrent. Un objectif hautement stratégique.

D’ailleurs, selon plusieurs sources, Free, Neuf Cegetel et Telecom Italia (afin de protéger Alice d’un rachat) observent de près le dossier.

Des analystes interrogés par les Echos sont convaincus que le marché va encore se resserrer autour des trois grands. “(Alice et Club-Intenret) sont mal placés pour concurrencer les trois grands. Club-Internet qui espérait être numéro deux avec 15 ou 20% de parts de marché n’a au final gagné qu’une place (5e) et sa stratégie n’a clairement pas fonctionné”, explique un expert d’Exane.

Par ailleurs, cette consolidation du marché est également favorisée par l’arrivée de la fibre optique. Selon les observateurs, seuls les trois grands seront capables d’investir massivement dans cette technologie. Ce qui marginalisera automatiquement ceux qui n’ont pas les épaules assez solides.

Enfin, précisions que Deutsche Telekom entend également vendre ya.com, FAI espagnol.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur