Quand le code informatique se substitue aux cours de langues

GouvernanceRégulations

Aux États-Unis, l’apprentissage du code informatique pourrait se substituer à l’apprentissage d’une langue étrangère dans certains lycées. Le Texas a été le premier à se lancer.

Aux États-Unis, au moins quatre états sur cinquante ont déjà pris des mesures visant à privilégier l’informatique plutôt que les langues étrangères ou prévoient de le faire, rapporte Bloomberg. Les promoteurs de ces mesures sont confortés par l’omniprésence de la langue anglaise dans le numérique, la recherche et le monde des affaires. À leurs yeux, apprendre un langage de programmation informatique (Java, Python, C…) offre davantage de perspectives professionnelles à un étudiant américain que l’apprentissage d’une langue étrangère. Ce serait également l’option la plus profitable pour les entreprises appelées à les embaucher demain.

1,4 million d’emplois d’ici 2020

D’ici 2020, selon l’organisation à but non lucratif Code.org, les entreprises installées aux États-Unis proposeront 1,4 million d’emplois qui nécessitent une expertise dans le domaine informatique. Mais le secteur devra se contenter des 400 000 jeunes diplômés IT sortis des établissements américains sur le période… et trouver d’autres talents pour répondre à la demande de compétences du marché.

En 2013, le Texas a adopté à l’unanimité la possibilité pour les élèves du secondaire de remplacer des heures d’apprentissage d’une langue étrangère par des cours d’informatique. L’état américain de Géorgie y réfléchit également. Le Kentucky a reculé sur ce dossier. Et l’état de Washington, qui étudie la question, semble désormais vouloir trouver « des moyens de soutenir à la fois les cours de programmation informatique et les cours de langues étrangères ».

Lire aussi :
Hour of Code : la programmation informatique fait campagne
Codecademy : mais alors, you code in French !


Auteur : Ariane Beky
Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur