Pour gérer vos consentements :
Categories: DéveloppeursProjets

CodeWhisperer : AWS a aussi son « IA qui code »

Qui n’a pas son « assistant codeur » ? Cette semaine, on a eu droit à une annonce de GitHub : son outil Copilot est passé en phase commerciale. AWS lui a emboîté le pas avec CodeWhisperer… qui n’en est toutefois pas au même stade de développement (phase expérimentale, sur inscription).

Exemple de code Python pour stocker un fichier sur un compartiment S3

En surface, CodeWhisperer partage bien des traits avec Copilot. Il est lui aussi entraîné sur « des milliards de lignes de code ». AWS mentionne quatre sources : des projets open source, des dépôts internes (liés notamment à Amazon.com), de la documentation API et des forums.

Comme Copilot, CodeWhisperer fournit des recommandations* autant à partir du code que des commentaires (en anglais). Lui aussi peut tirer du contexte depuis d’autres fichiers du même projet.

CodeWhisperer parle Python, Java et JavaScript

Il y a aussi des différences entre les deux produits. L’écart de maturité se ressent notamment dans les langages pris en charge. Officiellement, CodeWhisperer se limite pour le moment à Python, Java et JavaScript. Concernant les IDE pris en charge, c’est Visual Studio Code, JetBrains (IntelliJ, PyCharm, WebStorm) et AWS Cloud9. La console Lambda va s’ajouter à la liste, nous assure-t-on.

Comme GitHub, AWS appelle les développeurs à la vigilance quant aux recommandations qui leur sont faites. Et leur rappelle qu’en tant que propriétaires du code généré, ils en ont la responsabilité.

AWS ne compte pas exploiter, tout du moins « pendant la preview », le code que créeront les utilisateurs de CodeWhisperer. Seront en revanche collectées des données d’activité ; en particulier les taux d’acceptation et de refus des suggestions.

* Ces recommandations peuvent « souvent consister en plus de 10-15 lignes de code », nous affirme-t-on. Conseil : privilégier des commentaires courts associables à des tâches précises n’impliquant pas de fonction trop longue. Un nommage « intuitif » des éléments de code (variables, docstrings…) est recommandé.

Illustration principale © Microsoft

Recent Posts

Après la NAND, Intel dit stop à la gamme Optane

Après avoir vendu son activité NAND, Intel tire un trait sur la technologie 3D XPoint,…

3 semaines ago

Google Analytics : la Cnil a posé les règles du jeu

Près de six mois ont passé depuis de que la Cnil a déclaré l'usage de…

3 semaines ago

Truffle 100 France : le top 20 des éditeurs de logiciels

Truffle 100 France : qui sont les 21 entreprises qui ont dépassé, en 2021, les…

3 semaines ago

Cloud : AWS brocarde les politiques de licences Microsoft

Un dirigeant d'Amazon Web Services dénonce des "changements cosmétiques" apportés par Microsoft à ses politiques…

3 semaines ago

Sécurité du code au cloud : Snyk Cloud, un joker pour développeurs

Snyk officialise le lancement de sa solution de sécurité cloud pour développeurs, Snyk Cloud, fruit…

3 semaines ago

Cegid accroche Grupo Primavera à son tableau d’acquisitions

Cegid va absorber Grupo Primavera, plate-forme de logiciels de gestion d'entreprise née dans la péninsule…

3 semaines ago