Collaboratif : Microsoft Teams fait le plein de nouveautés

Composants

La messagerie collaborative Teams  évolue avec une intégration plus poussée à Office 365 ProPlus, Office 365 Business et Business Premium. 

Microsoft apporte une série de nouveautés pour sa messagerie collaborative Teams.

Désormais, les clients qui installeront Office 365 ProPlus, Office 365 Business et Business Premium se verront proposer Teams en option. Libre à eux de l’installer ou non.


 
Le service, concurrent de Slack, bénéficie également d’une série de nouvelles fonctionnalités.

Parmi celles-ci, des barrières d’information vont permettre aux administrateurs de définir quels utilisateurs peuvent communiquer entre eux afin de garder les informations confidentielles à l’écart de certains collaborateurs. Il y a également une option permettant de créer des annonces générales avec un titre et une image de fond.

Créer des groupes de 100 utilisateurs 

Les discussions de groupe pourront comporter jusqu’à 100 utilisateurs sans qu’il soit nécessaire de créer une nouvelle équipe. 

Par ailleurs, les administrateurs et propriétaires d’une équipe pourront autoriser ou interdire la découverte d’équipes privées par d’autres membres.

Enfin, côté pratique, une nouvelle barre d’outils en bas de l’écran pour les appels vidéo et les réunions apporte les contrôles de base pour Windows, Mac et sur l’application web.

Les utilisateurs Chrome disposent aussi de l’option vidéo pour les réunions.

Teams regagne du terrain sur Slack

Sur un marché de la messagerie collaborative évalué à 9 milliards de dollars par Quartz at Work, 

Slack est confortablement installé dans son siège de leader avec ses 10 millions d’utilisateurs dans plus de 150 pays.Mais en apportant des mises à niveau régulière, Microsoft Teams devient un redoutable concurrent. 

Ainsi, selon Microsoft, plus de 500 000 organisations utilisent Teams.Il y a un an, l’application plafonnait encore à 200 000 organisations.

La progression est spectaculaire, et Slack est bientôt rattrapé en entreprise puisqu’il a séduit 600 000 « organisations ».

Lire aussi :