Communication unifiée en ligne : Microsoft baisse ses tarifs pour mieux attaquer Google Apps

Logiciels

Microsoft va étendre à 36 pays son offre de communication unifiée en mode Cloud Computing. Au passage, l’éditeur baisse ses tarifs pour séduire les petites entreprises.

Par la voix de Stephen Elop, président de la division Business, Microsoft a annoncé ce matin élargir les marchés de son offre Business Productivity Online Suite (BPOS) à une quinzaine de nouveaux pays qui compléteront les marchés américain (lancé il y a un an) et européen (depuis avril 2009). Soit une offre disponible sur un ensemble de 36 pays et régions dans les semaines à venir. Ce qui facilitera pour une multinationale le déploiement de la solution pour l’ensemble de ses territoires.

Rappelons qu’Online Suite apporte des solutions de communication à travers la messagerie (Exchange Online), la messagerie instantanée (Office Communications Online), de conférences web (Office Live Meeting) et de travail collaboratif (Sharepoint Online) entièrement externalisées. « L’offre de communication et de collaboration est gérée à 100 % dans nos data center », confirme Gwénael Fourré, chef de produit communications unifiées chez Microsoft France. Une gestion de la communication en mode « cloud » qui permet notamment d’unifier les solutions de messageries hétérogènes au sein d’un grand compte et d’intégrer rapidement les nouveaux utilisateurs (issus d’une acquisition par exemple) dans l’annuaire de l’entreprise. « Il y a une évolution indéniable du marché pour l’attrait du cloud, notamment pour la flexibilité des coûts qu’il permet de réaliser. »

Evolution des services tous les 3 mois

Online Suite autorise les utilisateurs à synchroniser leurs données (courriels, agenda…) en ligne depuis leurs applications habituelles (Outlook après installation d’un utilitaire) ou directement depuis un navigateur, Internet Explorer, Firefox, Safari ou autre. La sécurisation des applications est assurée par Microsoft (avec une communication sous protocole SSL) qui garantit son service contractuellement (pénalités financières en cas d’interruption de service). Microsoft laisse également le choix des centres de stockage les données de l’entreprise. Pour l’Europe, le data center se trouve à Dublin, avec redondance à Amsterdam.

Depuis le lancement de l’offre, la solution a peu évolué. Notons toutefois l’extension de 1 à 5 puis 25 Go aujourd’hui d’espace de stockage des emails, la compatibilité avec Outlook 2007 élargie à Outlook 2003, le support d’Entourage (l’Office de Mac OS). D’autres évolutions apparaîtront régulièrement au fil des mois. « Nous nous engageons renouveller les fonctionnalités tous les 90 jours », explique Gwénael Fourré. « Les nouveaux services n’impactent pas les postes clients sinon nous laissons un an à l’entreprise pour évoluer. »

Nouveaux tarifs

Il faut surtout chercher l’évolution du côté de la stratégie commerciale de Microsoft. Laquelle passe par la révision des tarifs à la baisse. La suite complète passe ainsi de 12,78 à 8,52 euros par utilisateur et par mois. L’offre messagerie uniquement (Exchange Online) tombe à 4,26 contre 8,52 euros précédemment. Une offre plus agressive à 1,70 euro est également proposée pour les besoins restreints à 500 Mo de stockage sans synchronisation possible avec Outlook ni service de « push mail » vers les smartphones.

Des tarifs modestes pour séduire de petites entreprises… Microsoft ne cache pas son intention de s’attaquer aux PME et TPE tout en s’adressant aux grands comptes avec Dedicated (une plate-forme dédiée personnalisable proposée à partir de 5000 utilisateurs). « Nous pensons que le marché est plus large que celui visé aujourd’hui, notamment sur les petites entreprises, soit la moitié du nombre d’utilisateurs (6 millions) en France », justifie le responsable produit.

1 million de clients

La concurrence de Google Apps ( 2 millions d’entreprises clientes revendiquées) et IBM qui a récemment lancé LotusLive iNotes, respectivement proposés à 40 et 36 euros par an et par utilisateur, n’est probablement étrangère à la révision tarifaire de Microsoft. Cependant, pour Gwénael Fourré, Online Suite propose une offre plus évoluée que Apps (avec Sharepoint) et moins cher (dans sa version messagerie bridée à 1,70 euro) que, Outblaze, l’offre de messagerie SaaS d’IBM. Enfin, le responsable met en avant la modularité de l’offre de Microsoft absente chez ses concurrents. « Une seule offre ne correspond pas à la demande du marché », assure-t-il.

Selon Microsoft, Online Suite compte 1 million d’utilisateurs dans le monde aujourd’hui. On peut supposer que la majorité se trouve aux Etats-Unis, l’éditeur ne communiquant pas sur les résultats de ses marchés locaux. « Ça marche bien en Angleterre et en France, moins en Allemagne », concède Gwénael Fourré. La France compte pour sa part quelques grands noms dont Rexel, Crédit Immobilier de France, Bouygues Telecom, Bouygues Construction, Crédit Agricole, Libération, Essilor…


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur