CommunityOne West : Sun présente OpenSolaris 2009.06

Réseaux

La nouvelle version de cet OS met l’accent sur la virtualisation des cartes réseau, avec une technologie unique en son genre.

Lors du CommunityOne West de San Francisco, John Fowler, vice-président exécutif systèmes chez Sun (mais aussi responsable de Solaris et d’OpenSolaris), a présenté la nouvelle version 2009.06 d’OpenSolaris .

Encore une fois, une grande partie des nouveautés est presque invisible, car elle touche l’infrastructure de ce système d’exploitation. Premier apport majeur, la technologie Crossbow fait son entrée. Elle permet de virtualiser les périphériques réseau. Située au plus bas de la couche réseau, elle ne consomme que peu de ressources et permettra de tirer la quintessence des cartes les plus rapides (comme celles fonctionnant à 10 Gb/s). Crossbow permet aussi de fixer une limite de bande passante par interface réseau virtualisée.

Avec Crossbow Virtual Wire, il est possible d’assembler un large ensemble de périphériques réseau virtuels : cartes d’interface, switches, etc. Ceci est également vrai pour les services réseau : routeurs, pare-feux, systèmes de répartition de charge, serveurs DHCP, serveurs DNS, etc. Du pain béni pour les développeurs qui pourront ainsi simuler une infrastructure réseau complète à partir d’une unique machine.

Bref, avec Crossbow, Sun Microsystems offre à OpenSolaris une technologie unique en son genre, qui rejoindra un portefeuille déjà bien fourni (ZFS, sondes DTrace, conteneurs, gestion avancée des systèmes multiprocesseurs et multicœurs…). Notez que Crossbow prendra tout son sens lorsqu’il sera utilisé en conjonction avec les fonctions avancées d’affectation des ressources fournies aux machines virtuelles ou aux conteneurs.

Système de fichiers : du neuf pour les pros

John Fowler nous le rappelle, “Solaris demeure une plate-forme serveur”. À ce titre, il est donc logique que l’effort des développeurs colle aux besoins des serveurs modernes. ZFS pourra ainsi gérer finement la mémoire Flash, et ce, non pas seulement en tant que remplaçant des disques durs traditionnels. Pour la première fois sur le marché, un système de fichiers peut utiliser un cache s’appuyant à la fois sur de la mémoire vive (très rapide) et des modules flash (moins rapides, mais nettement plus abordables). Avec ZFS, il sera donc possible de mettre à profit de la mémoire traditionnelle et des composants Flash, placés en amont de disques durs économiques.

Dans le domaine du stockage, vous noterez également l’intégration du projet COMSTAR qui permet de transformer tout hôte OpenSolaris en cible iSCSI.

Les autres nouveautés serveur de cette mouture d’OpenSolaris sont moins essentielles, quoiqu’intéressantes. La pile web a ainsi été mise à jour. Il sera possible d’utiliser des sondes DTrace pour superviser les applications en cours de fonctionnement. Ces dernières fonctionneront maintenant aussi bien avec MySQL que PHP. Là encore, les développeurs vont pouvoir se faire plaisir, tout comme les administrateurs qui pourront mettre en place des solutions de supervision extrêmement avancées (et peu gourmandes en ressources).

johnfowler.jpg

Lire aussi : Dossier spécial : Sun et l’open source Dossier : l’open source au centre de l’offre logicielle de Sun


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur