Comparatif: Samsung Galaxy SII vs HTC Sensation, le choc des titans

Outre le Motorola Droid et le LG Optimus 2X – longuement testé par nos confrères de Gizmodo – la gamme très fermée des « superphones » accueillent également le HTC Sensation et le Samsung Galaxy SII. Nous avons reçu ces deux modèles à la rédaction. L’occasion de comparer ce qui se fait de mieux en matière de terminal mobile en ce moment.

Annoncé au Mobile World Congres 2011, le Samsung Galaxy SII est le digne successeur du Galaxy S, vendu à plus de 5 millions d’exemplaires. Pour convaincre à nouveau le grand public, la firme coréenne n’a pas fait les choses à moitié puisque le Galaxy SII dispose d’un double cœur Nvidia Tegra 2 cadencé à 1,2 GHz, d’un écran 4,3 pouces, de la version 2.3 d’Android (Gingerbread) épaulée par la surcouche TouchWiz 4.0, d’un APN de 8 MP, d’une caméra en façade de 2MP, mais surtout d’une mémoire de 16 ou 32 Go.

De son côté le Sensation (anciennement Pyramid) dévoilé en avril dernier veut s’imposer comme le meilleur smartphone Android du moment. Un sacré challenge étant donné le nombre pléthorique de terminaux embarquant cet OS. Mais son double cœur Qualcomm Snapdragon 1,2 GHz, son écran 4,3 pouces, Android 2,3 avec la surcouche HTC Sense 3.0, l’APN 8MP, la caméra de 1,3 MP, et la mémoire interne de 4 Go, extensible via une micro SD de 8 Go (fournie) ont de quoi séduire.

Côté connectiques Wifi, 3G, Bluetooth 3.0, micro USB, HDMI et DLNA sont au rendez vous des deux côtés.


Design : un smartphone reste un smartphone et pourtant

Il est vrai qu’en termes de design il n’y a rien qui ressemble plus à un monobloc qu’un autre monobloc. Pourtant le Galaxy SII et le Sensation diffèrent. Le modèle coréen est plat, massif et rectangulaire, contrairement au Sensation arrondi, bombé à l’arrière, et disposant d’un écran légèrement incurvé, parfait pour éviter la casse. Le téléphone taïwanais est plus classique avec son revêtement en aluminium et ses trois nuances de gris, mais paraît plus robuste que le Galaxy SII, en plastique, un peu « cheap » bien qu’agréable au toucher.

Le Sensation est aussi plus long 126,1 mm contre 125,3 pour son concurrent mais moins large 65,4 contre 66,1. En revanche avec le smartphone le plus fin du marché (8,49 mm) et son poids de 117 grammes, le Galaxy SII affiche un net avantage face aux 11,3 mm d’épaisseur et 148g du Sensation.

Du côté des touches physiques, nul besoin de s’attarder, trois pour le Galaxy SII (Home, Power/Hold, volume) et deux tactiles- visibles uniquement grâce au rétro-éclairage – contre deux pour le Sensation (volume et Power/Hold) ainsi que les 4 touches tactiles propres à bon nombre de smartphones sous Android.

Les deux constructeurs nous proposent donc deux styles différents, tout est affaire de goût, mais la sobriété du Galaxy S II ne laissera personne indifférent.


Sense 3.0 contre TouchWiz 4.0 : 1-0

Passons aux choses sérieuses, avec l’allumage des appareils. Les deux constructeurs n’ont pas opté pour le même type d’écran. Chez Samsung le Super Amoled Plus de 4,3 pouces étonne par sa luminosité et ses contrastes. En revanche les blancs sont un peu sombres par rapport au concurrent. Du côté de la résolution il affiche 800×480 pixels contre 960×540 pour le Sensation avec un format 16:9. Ce dernier est équipé d’un 4,3 pouces super LCD, les couleurs sont plus neutres et les contrastes inférieurs, ce qui n’est pas nécessairement un point négatif, d’autant que la luminosité et le rendu sont vraiment agréables.

Pour ce qui est de l’interface, les deux téléphones embarquent Android 2.3 (Gingerbread) et l’un comme l’autre une surcouche maison. S’il y a bien un point ou le HTC surpasse largement le Galaxy SII c’est dans l’interface. Déjà au niveau de l’écran de verrouillage, Sense 3.0 de HTC intègre quatre raccourcis (personnalisables) qui permettent d’accéder directement à ses e-mails ou à l’APN par exemple.

TouchWiz 4.0 est plus classique, le déverrouillage ressemble d’ailleurs à celui sur Windows Phone 7. En termes de fonctionnalités, il permet juste d’accéder aux SMS reçus ou aux appels manqués. Par ailleurs HTC nous propose des widgets très bien pensés, notamment celui de la météo qui fait son effet, ou encore « FriendStream », qui permet de regrouper ses comptes Twitter, Facebook et Flickr sur une même page. Mais HTC Sense 3.0, c’est aussi des animations en 3D lorsque l’on passe d’une page à une autre sur l’écran d’accueil, des raccourcis très pratiques dans la barre de notifications et un grand nombre d’utilitaires pré-installés. Bref une interface très intuitive, sans doute l’une des meilleures sur le marché. TouchWiz 4.0, se veut plus proche de l’iOS d’Apple. Pourtant, il sera difficile de convaincre les « fanboys » de la marque à la pomme, car plus long à prendre en main. Le Galaxy SII, propose la personnalisation de plusieurs widgets sur les 7 pages d’accueil.

Ce que l’on retiendra surtout, c’est l’intégration des « hubs ». Le « Social Hub » permet de regrouper sur une même application l’ensemble de ses contacts (réseaux sociaux, e-mails et autres messenger). Des hubs similaires existent pour les jeux et la lecture, renvoyant vers des magasins en ligne. D’autres outils intéressants rendent l’utilisation de TouchWiz agréable, la fonction de reconnaissance vocale est parfaitement exploitée, une application dédiée permet de commander son téléphone de vive voix, très pratique en voiture.

Enfin, les nomades apprécieront la fonction partage de connexion, disponible sur les deux téléphones, qui les transforment en modem 3G permettant d’avoir un accès Internet via son ordinateur partout.


Un MP3, une TV, un ordinateur, un APN mais aussi un téléphone

Finalement, la fonction téléphone devient presque anecdotique sur ces nouveaux terminaux mobiles. Ça tombe bien puisque le Sensation et le Galaxy SII ont d’autres atouts.

Concernant les APN, on imagine difficilement remplacer son véritable appareil photo contre un téléphone. Néanmoins de nombreux efforts ont été faits d’un côté comme de l’autre. Pourvus tous deux de 8 MP, d’un flash d’un nombre de réglages conséquents, et d’un enregistrement vidéo à 1080p (30 images/sec) la qualité n’est pour autant pas la même. Tant au niveau des photos que des vidéos, le Galaxy SII délivre une bien meilleure qualité avec une image plus pure, bien que le Sensation offre un rendu des couleurs plutôt fidèle.

Du côté du visionnage de vidéos, le Galaxy SII et le Sensation lisent tous les formats (MP4, DivX AVI, MKV). Chez Samsung la qualité de l’écran délivre un rendu exceptionnel sur ce type d’appareil. Le processeur Qualcomm montre en revanche ses limites face au Nvidia Tegra puisqu’on remarque quelques saccades chez HTC en 1080p. En ce qui concerne la musique, rien à signaler, d’un côté comme de l’autre, c’est réussi, tous les formats sont reconnus et chacun dispose d’un tuner FM. Les puristes trouveront sans doute quelque chose à redire, mais les amateurs de musiques apprécieront l’écoute sur les deux modèles.

Pour ce qui est de la navigation, le double cœur Qualcomm n’a rien à envier au Nvidia Tegra 2. Aller sur le web avec ces téléphones est un vrai plaisir. La réactivité est impressionnante, la reconnaissance des points d’accès Wifi l’est tout autant. L’utilisation des fonctions GPS, ou encore le surf sur des applications comme Google Earth démontrent aussi la puissance du Galaxy SII et du Sensation. Aucun ralentissement à déplorer.

A noter néanmoins quelques problèmes d’optimisation pour le HTC, la résolution de l’écran 960×540 empêche parfois l’affichage d’une application sur la totalité de l’écran. Mais à priori les torts sont partagés entre éditeurs d’applications et constructeur.

Mais revenons-en aux fonctions devenues plus classiques. Ces smartphones servent aussi à téléphoner, à écrire des SMS et des e-mails. Cependant difficile de s’attarder là dessus car tout fonctionne très bien. La gestion des contacts est bien faite avec la synchronisation de ses carnets d’adresses provenant des divers boites e-mails notamment. Les SMS sont gérés de façon classique sur le Galaxy SII alors que le Sensation met une petite touche de fantaisie. Sur les pages d’accueil un widget permet d’avoir accès à l’ensemble des messages. Très bien réalisé et très pratique. Et pour la gestion des e-mails, il y en a pour tous les goûts, une application pour la gestion de l’ensemble de ses comptes et une dédiée à Gmail.


Autonomie et prix

Quel plaisir de se retrouver avec des smartphones qui tiennent plus longtemps qu’une journée. En utilisation « classique » (un peu pendant la journée et à raison d’une heure le matin et le soir d’Internet dans les transports) les deux modèles résistent pratiquement deux jours.

Léger avantage du côté du HTC, malgré son interface qui aurait pu sembler gourmande, l’autonomie est réellement bonne.

Enfin pour les prix, en nu il vous en coutera environ 600 euros pour l’un ou pour l’autre. Mais sur le Net, les tarifs varient énormément et, avec un abonnement chez un opérateur, on des offres aux alentours de 150 euros.


Le mot de la fin

Ainsi se termine ce test, il sera difficile de rendre les deux téléphones tant ils sont agréables à utiliser. La logique des choses voudrait que l’on préfère le Galaxy SII. Ce smartphone est incroyablement puissant, les finissions et le design sont vraiment réussis. Et j’ai vite oublié la taille de l’engin étant donné son poids plume. Les utilisateurs les plus exigeants se tourneront vers ce modèle bardé de technologie et sans aucun doute le plus complet du moment.

Néanmoins l’interface et l’ergonomie de HTC Sense 3.0 ont fait la différence. La surcouche est le point fort de ce téléphone, elle offre une toute nouvelle expérience avec un téléphone sous Android. Malgré quelques lacunes en termes de puissance, le Sensation est accessible et intuitif, le design est propre, l’appareil est solide et l’autonomie est bonne par rapport aux smartphones sur le marché.

La relève est sans aucun doute assurée, on attend maintenant de voir si Apple sera capable de rivaliser. Mais d’ici là ces deux terminaux feront des heureux à n’en pas douter.