Completel récolte les premiers fruits de son réseau dégroupé

Cloud

Un FAI résidentiel national utilisera le nouveau réseau de l’opérateur qui annonce dans le même temps des résultats en progression

Premier opérateur alternatif professionnel de réseaux métropolitains en fibre optique, le groupe a annoncé en juillet dernier un vaste plan d’expansion en investissant 120 millions d’euros afin d’étendre son réseau et son marché de 9 à 110 agglomérations. Cette extension passe par le déploiement d’un réseau DSL dégroupé qui viendra en complément de la fibre. A ce jour, 100 répartiteurs fournis par Huawei sont en service.

“Miser sur l’infrastructure est le seul moyen de générer de la rentabilité. Les opérateurs qui n’investissent pas maintenant dans leur réseau disparaîtront”, prévoit Jérôme de Vitry, patron de l’opérateur. Outre le marché entreprise (notamment les PME), coeur de cible de l’opérateur, la nouvelle offre de Completel adresse les opérateurs et les fournisseurs de services type FAI. Et les premiers résultats sont là. Completel annonce en effet qu’un FAI résidentiel grand public utilisera son réseau pour déployer fin 2006 une offre triple-play incluant la télévision en Mpeg4. Ce FAI a tenu à conserver l’anonymat. Mais il suffit de procéder par élimination en trouvant le FAI qui n’a pas de réseau et qui ne propose pas de ‘box’. Ils ne sont plus très nombreux… A moins qu’il s’agisse d’un nouvel entrant comme Bouygues Telecom… Les premiers revenus tirés de ce réseau dégroupé devraient apparaître en 2007, explique Completel. Le groupe table sur des revenus opérateurs et fournisseurs de services multipliés par 7… Pour les entreprises, Completel estime profiter d’une situation favorable pour son offre fibre + DSL. Les besoins des entreprises changent: approche réseau, convergence voix/données, remplacement des vieux équipements… Ensuite, les technologies et la réglementation évoluent. Enfin, la situation concurrentielle des entreprises télécoms permet de se faire une place. “France Télécom détient encore 80% du marché et on assiste à une très forte concentration des acteurs alternatifs. Avec la régulation, la part de l’opérateur historique devrait régulièrement baisser, ce qui nous laisse des opportunités. D’autant plus que nos concurrents directs comme Colt ou MCI ne jouent pas sur le même terrain que nous”, souligne Jérôme de Vitry. L’opérateur indique qu’il a signé de premiers contrats DSL pour PME en février dernier, et conclu un accord pour équiper le ministère de l’Intérieur. Des résultats en progression malgré des investissements massifs

Résultats 2005 supérieurs aux attentes pour Completel qui fait état d’un chiffre d’affaires de 189,2 millions d’euros, soit une progression de 19,5%. Le chiffre d’affaires entreprises représente 80% de l’activité, il atteint en 2005, plus de 150 millions d’euros. La voix reste prépondérante, mais son chiffre d’affaires est quasi stable (102 millions d’euros), notamment à cause des pressions sur les prix et les terminaisons d’appel. Les services datas explosent : +39% en 2005. En un an, les revenus liés aux opérateurs et aux fournisseurs de services passent de 25,7 millions à 38,7 millions d’euros. Au total, l’opérateur a affiché une perte nette de 12,6 millions d’euros, contre 13,3 millions en 2004. La perte opérationnelle a également diminué à 10,4 millions, à comparer avec une perte de 13,9 millions il y a un an. Le résultat d’exploitation avant amortissements et éléments exceptionnels a progressé de 15,2% à 26,5 millions d’euros. La rentabilité a été pénalisée par de forts investissements liés au déploiement du réseau DSL. Ils ont été de 60 millions d’euros en 2005 contre 30,8 millions un an plus tôt. Une fois le réseau totalement déployé, l’amélioration de la rentabilité est attendue pour 2007. Pour 2006, le groupe table sur un chiffre d’affaires compris entre 225 et 240 millions d’euros et sur un résultat d’exploitation avant amortissements et éléments exceptionnels de 17/20 millions. Completel prévient que son objectif de chiffre d’affaires est sujet à une incertitude réglementaire pour les tarifs de terminaison d’appel pour l’année 2006. Elle ne devrait pas être levée avant mai ou juin 2006 avec l’arbitrage du régulateur.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur