Concurrence déloyale : l'Arcep condamne encore France Télécom

Régulations

Volée de bois vert  de l’Arcep à l’encontre France Télécom pour avoir freiné illégalement la concurrence sur les départements d’outre-mer. Le groupe est condamné à une amende de 27,6 millions d’euros.

« Manœuvres abusives », « discours dénigrant » et « trompeur » ou « manière déloyale ». France Télécom a connu des jours meilleurs. Hier, l’opérateur historique a été condamné par l’Arcep à une amende de 27,6 millions d’euros pour avoir « entravé abusivement le développement de nouveaux opérateurs concurrents dans les DOM ».

France Télécom: monopôle quand tu nous tiens

L’Autorité de la concurrence avait été saisie en 2005 par Outremer Télécom et en 2006 par Mobius qui dénonçaient les pratiques en téléphonie fixe et internet menées par l’opérateur en Martinique, Guadeloupe, Guyane et à la Réunion. Ce mardi, l’Autorité a qualifié de « particulièrement graves les comportements de France Télécom » en rappelant qu’en « tant qu’opérateur historique, il lui incombe de ne pas brider une concurrence naissante en abusant de la puissance qu’il tire de son ancien monopôle ». Ces tarifs excessivement élevés s’appliquaient surtout sur les liaisons entre La Réunion et la métropole.

L’opérateur aux déclarations « historiques »

France Télécom n’a pas encore précisé s’il ferait appel du jugement mais s’est déclaré « très surpris (de cette décision), car (il) était entré avec l’Autorité dans une procédure de non-contestation des griefs » a rapporté l’AFP. A notre tour de nous étonner de cette réaction lorsque l’on sait que ces pratiques anticoncurrentielles se sont étalées de 2001 à 2006, et que l’opérateur a déjà été condamné pour des faits similaires ! C’est d’ailleurs ce qui a pesé dans la balance lors du jugement. L’Autorité a augmenté la sanction encourue de 50% reprochant des faits du même acabit à l’opérateur.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur