Aurora: un trio d’experts de la Silicon Valley qui va compter dans la conduite autonome

CloudData & StockageProjets
aurora-conduite-autonome

Google Car, Tesla, Uber…Trois spécialistes de la conduite autonome issus de groupes technos californiens ont créé la start-up Aurora, qui sort de l’ombre à l’occasion du CES.

Après avoir lâché en 2016 les commandes de la branche conduite autonome d’Alphabet (l’ex-Google Self-Driving Car Project devenu Waymo), Chris Urmson a créé la start-up Aurora Innovation, qui évolue dans le même domaine.

“La mission d’Aurora consiste à offrir les avantages de la conduite autonome rapidement et en toute sécurité partout dans le monde. Pour ce faire, nous développons une plateforme qui s’adapte à un large éventail de marques et de modèles de nos partenaires automobiles”, évoque le fondateur.

L’équipe fondatrice est chevronnée. Outre Chris Urmson, on trouve Sterling Anderson (ex- directeur du programme de conduite semi-autonome Autopilot  chez Tesla) et Drew Bagnell, qui a dirigé l’équipe de l’autonomie et de la perception au Centre des technologies avancées d’Uber.

D’emblée, la voie de la coopération avec les constructeurs automobiles est préconisée. Un premier partenariat a été signé dans ce sens avec Volkswagen, dans le prolongement de la session keynote réalisée par Nvidia lors du démarrage du CES.

Aurora a  commencé à travailler avec les spécialistes de la conduite autonome de Volkswagen depuis mi-2017 entre l’Allemagne et le campus du constructeur situé dans la Silicon Valley.

Parallèlement, un accord similaire est enclenché avec le groupe coréen Hyundai. 

Aurora est également entrée dans l’écosystème de Nvidia, qui accélère aussi dans le domaine de la conduite autonome.

Entrée dans l’écosystème Nvidia

Dans le cadre du CES, Jensen Huang, co-fondateur et CEO de Nvidia, a mis en avant son nouveau SoC DRIVE Xavier et fait la promotion de son nouveau partenaire Aurora. 

“Nos deux équipes d’ingénierie de classe mondiale partagent une compréhension commune de la puissance de l’IA et de l’énorme traitement requis pour permettre des voitures autonomes de pointe et des solutions de mobilité en tant que service.”

Connu pour ses puces graphiques (GPU), la firme californienne joue la carte de la diversification avec l’intelligence artificielle associée à la conduite autonome.

Son nouveau SoC DRIVE Xavier embarque un processeur développé en vue d’endosser le rôle de cerveau pour les voitures autonomes. A cet effet, le processeur graphique de Xavier est basé sur sa toute nouvelle architecture Volta (qui succède à Pascal).

Les premiers échantillons de la puce DRIVE Xavier, qui peut fournir 30 billions (30 millions de millions) d’opérations d’apprentissage en profondeur par seconde en n’utilisant que 30 watts d’énergie, seront livrés aux clients ce trimestre.

A ce jour, il s’agit de la puce la plus puissante de Nvidia. Elle est alimentée par un processeur à 8 cœurs, un GPU à 512 cœurs et des accélérateurs spécialisés dans la vision par ordinateur et la vidéo 8K HDR.

Pour Nvidia, DRIVE Xavier représente 2 milliards de dollars en coûts de recherche et développement. La puce a été conçue pour créer et déployer des programmes d’IA autonomes capables d’égaler et de surpasser l’homme en termes de conduite et de prise de décision.

Plus de 320 entreprises collaborent avec Nvidia dans le but de pousser les technologies de conduite autonome. Cette liste comprend notamment des acteurs comme Uber, Baidu et Volkswagen.

(Crédit : @Nvidia)


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur