Conduite autonome : NVIDIA et Continental unis autour d’un système complet

CloudData & StockageLogicielsProjets

Continental et NVIDIA s’associent pour développer une technologie de conduite semi-autonome qui devrait être opérationnelle en 2021.

L’équipementier automobile allemand Continental et le spécialiste américain des puces GPU NVIDIA (qui avance en parallèle sur le front de l’intelligence artificielle) vont mutualiser leurs efforts dans le domaine de la conduite autonome.

L’objectif est de développer des systèmes destiné à un véhicule semi-autonome pour l’horizon 2021.

Mais, initialement, Continental et NVIDIA vont développer des fonctions de conduite hautement automatisées, notamment avec une perception à 360 degrés de l’environnement et le changement automatique de voie sur les autoroutes. De plus, le système intégrera des cartes HD pour intégrer des fonctions de géolocalisation dans les véhicules.

Il s’agit de marier les technologies de capteurs de Continental et celles autour de l’IA de NVIDIA. Ses unités de traitement informatique nouvelle génération serviront à développer l’intelligence artificielle au sein des voitures semi-autonomes. Le système complet devrait être disponible d’ici 2021.

La technologie que les entreprises envisagent de mettre sur le marché est considérée comme une automatisation de niveau 3 (“Eyes off” ou sans surveillance visuelle : conduite automatisée dans des situations définies sans surveillance du conducteur,  avec reprise en main requise par le conducteur en cas de demande du système).

Plus précisément, Nvidia apporte sa plateforme NVIDIA DRIVE, qui englobe NVIDIA DRIVE Xavier – le SoC considéré comme le plus performant au monde – ainsi que NVIDIA DRIVE OS et les piles logicielles DRIVE AV (véhicule autonome).

NVIDIA DRIVE Xavier peut fournir 30 TOPS (trillions d’opérations par seconde) pour l’apprentissage en profondeur, tout en consommant seulement 30 watts d’énergie.

Xavier est bien au coeur de la solution de Nvidia. Il s’inscrit dans un programme de R&D de 2 milliards de dollars visant à intégrer l’IA dans le coeur de l’automobile.

Le SoC (System on Chip) a été conçu pour traiter les données de conduite autonomes de niveau 5 provenant des radars, caméras, lidars et systèmes ultrasoniques d’un véhicule.

Il a plus de 9 milliards de transistors avec un processeur 8-core personnalisé, un GPU Volta 512-core, un processeur vidéo HDR 8K, un accélérateur d’apprentissage en profondeur, de nouveaux accélérateurs de vision et la possibilité d’effectuer 30 trillions d’opérations par seconde sur 30 watts de puissance.

L’expertise de Continental en ingénierie système et logicielle pour la sécurité ASIL D – le niveau de classification le plus élevé – va se traduire par une gamme de technologies de capteurs de l’équipementier allemand comprenant le radar, l’appareil photo et le LiDAR 3D haute résolution.

«Nous avons maintenant tous les éléments clés en place pour amener les voitures autonomes de l’IA du développement à la production de masse», a déclaré Jensen Huang, fondateur et P-DG de NVIDIA.

«Notre nouveau processeur DRIVE Xavier, notre vaste logiciel NVIDIA DRIVE et notre approche cloud-to-car pour les tests, la validation et la sécurité fonctionnelle, combinés à l’expertise et à la portée mondiale de Continental, nous permettront de proposer des voitures autonomes au monde entier.”

A l’occasion du CES de Las Vegas début janvier, NVIDIA a annoncé des partenariats avec Uber Technologies et Volkswagen. La société technologique travaille également avec le constructeur californien de véhicules électriques Tesla et le géant Internet chinois Baidu.

De son côté, Continental – qui travaille également sur la conduite autonome avec Baidu (plateforme Apollo) – fait partie d’un consortium distinct dirigé par BMW de constructeurs automobiles et d’équipementiers auto travaillant pour développer des systèmes de conduite autonomes complets.


(Crédit photos : @Nvidia)


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur