Conférence SNW: le concept ‘FAN’ (File area network) tient la vedette

Réseaux

Preuve d’un besoin concret, les réseaux de fichiers et les déclinaisons
thématiques enregistrent un forte expansion à la conférence SNW

San Diego.- Tout un groupe de fournisseurs se mobilisent… Ainsi, ONStor annonce son Global Namespace basé sur Microsoft DFS, standard de fait et présent partout; Njini rejoint la Task Force SNIA dédiée au FAN et Isilon et quelques poursuivants comme Rackable, BlueArc ou NetApp s’efforcent d’articuler les bienfaits de leurs approches respectives.

Chez NBC Universal, on peut voir comment utiliser le stockage en mode ?cluster‘ (grappe) d’Isilon pour à la fois accepter de forte montée en capacité et en accès tout en offrant une méthode d’archivage des données et en soutenant un débit important.

La société prévoit une utilisation de plusieurs peta-octets (1 PO = 1000 TO…) sur les prochaines années et se basera sur les technologies d’Isilon pour les jeux de Pékin en 2008, comme elle l’avait fait avec succès pour les jeux d’Athènes en 2004 et les jeux d’hiver à Turin en 2006.

Les données d’entreprise sont à 80% des données non-structurées, nos “simples” fichiers -pas si simples finalement-, progressent chaque année en volume d’environ 80%. C’est d’autant plus vrai pour les marchés verticaux comme les médias avec des informations numériques gourmandes qui viennent d’horizon assez variés. Le tri nécessaire de ces fichiers, appelé par le marché de façon plus noble “classification”, permet donc de déporter les données inactives qui représentent aussi 80% du volume tout en maintenant un accès. Les images des jeux d’Athènes sont, on le comprend aisément, moins utilisées que pendant la compétition.

Il est facile ensuite d’intégrer les raisons pour lesquelles les approches dites de stockage multi-niveau remportent un succès, certes en devenir, mais qui se confirme au quotidien. La bataille est donc vive sur ce segment, on se rappelle le rachat, il y a quelques années, de Spinnaker Networks par NetApp pour 300M$, tandis qu’aujourd’hui le succès tarde à venir malgré une solution très pertinente et des ajouts fonctionnels fondamentaux pour certains marchés.

Et là, on touche la convergence que certains acteurs martèlent : les technologies du calcul scientifique disponibles de façon assez banale, le tout basé sur des éléments les plus standards et éprouvés possible. Ainsi Rackable Systems, qui a acquis TerraScale il y a quelques mois pour son produit TerraGrid, s’efforce de pousser sa solution RapidScale hors du monde du calcul.

BlueArc, fort de son accord avec Hitachi, semble retrouver de sa superbe et promet de belles performances. On constate que beaucoup d’approches assez différentes dans leurs implémentations coexistent sur le marché, prônant quasiment toutes l’éclatement et la répartition la plus large possible des données sur les unités de stockage disque, offrant ainsi les meilleurs temps de réponse.

Maintenant, il s’agit de fédérer le contrôle et l’administration de telles infrastructures allant du simple serveur de fichiers à la matrice de serveurs élémentaires couplés offrant elle aussi un accès fichier, les éléments communs restant les protocoles d’accès inchangés et standards avec NFS et CIFS. Et là intervient le FAN, la clé de cette gestion et de la qualité de service, du tri des données, de la répartition des traitements entre les ressources, plusieurs solutions émergent aujourd’hui qui permettent déjà d’envisager une harmonisation du service fichiers.

( A suivre )


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur