La connexion de centaines de milliers d’internautes bloquée ?

RégulationsSécurité

Plusieurs centaines de milliers de personnes dont les PC ont été infectés par DNSChanger risquent de ne pas pouvoir accéder à Internet lundi, lorsque le FBI désactivera un réseau de serveurs établi pour maintenir ces connexions tout en limitant la propagation du virus.

Plusieurs centaines de milliers de personnes dont les ordinateurs ont été infectés par DNSChanger risquent de ne pas pouvoir accéder à Internet lundi 9 juillet, date à laquelle le Bureau fédéral américain d’investigation (FBI) doit mettre un terme au réseau de serveurs mis en place par ses soins pour tenter de limiter la propagation du virus.

4 millions d’ordinateurs zombies

Entre 2006 et 2011, le virus aurait infecté 4 millions d’ordinateurs dans une centaine de pays, dont 10 000 en France, d’après le FBI. À l’insu de leurs propriétaires, ces ordinateurs ont formé un réseau (botnet) de PC zombies, réseau dont la puissance de calcul et la bande passante ont pu être utilisées à distance pour modifier leur configuration DNS (Domain Name System) et rediriger la navigation web vers des sites dangereux ou illégaux.

L’enquête du FBI a été conclue en novembre dernier suite à l’arrestation de six individus originaires d’Europe de l’Est, tous soupçonnés de fraude électronique et d’autres crimes informatiques. Ces derniers auraient utilisé à des fins illicites des serveurs DNS localisés à New York et Chicago.

Plutôt que de fermer les serveurs incriminés, serveurs auxquels des millions d’ordinateurs personnels et professionnels étaient connectés, les autorités américaines les ont remplacés par des serveurs légitimes. Cette initiative temporaire a permis de maintenir l’accès Internet des victimes de DNSChanger tout en limitant la propagation du virus. Par ailleurs, le consortium industriel DNS Changer Working Group a été créé afin d’apporter de l’aide aux victimes potentielles.

En mars dernier, un juge fédéral américain a prolongé le délai de mise en œuvre de l’initiative jusqu’au 9 juillet 2012. Passé ce délai, les internautes dont l’ordinateur n’aura pas été débarrassé du virus DNSChanger devraient se retrouver dans l’impossibilité de se connecter à la Toile.


Auteur : Ariane Beky
Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur