ContentGuard: Bruxelles vise encore Microsoft et Time Warner

Régulations

La Commission de l’UE a repris ses investigations dans le dossier de ContentGuard Holdings, auteur d’une solution anti-piratage, éditeur dans lequel avaient investi Microsoft et Time Warner

La date d’échéance que s’est fixée Bruxelles pour avaliser ou rejeter la prise de contrôle de cette société est celle du 7 avril prochain. En 2004, Microsoft et Time Warner avaient repris l’essentiel de la part de Xerox Corp dans le capital de ContentGuard, éditeur d’un logiciel anti-pirates. La Commission avait émis, en novembre dernier, des objections à cette opération: elle donnerait trop de pouvoir à la firme de Bill Gates, qui accèderait ainsi à la technologie du petit éditeur, un savoir faire qui devient crucial pour les ventes de musique et de vidéo sur Internet. Les investigations contre cette prise de participation avaient été suspendues en décembre, lorsque Thomson SA (France) eut décidé de prendre, lui aussi, un part du capital de ContentGuard. Car cette ouverture au constructeur européen, à hauteur du tiers du capital, pouvait changer la donne, et rétablir un équilibre acceptable. Car tout l’enjeu est bien d’avoir accès à la licence sur la solution de gestion des droits mise au point par l’éditeur indépendant. Sa solution de protection doit permettre en effet de verrouiller des droits sur des lecteurs MP3 ou des set-box TV, avec accès à des data en ligne, ou sur canal de TV numérique, etc. La Commission de Bruxelles redoute que Microsoft et Time Warner prennent une position dominante et s’accaparent des droits en même temps que la technique de verrouillage numérique. Par les arrangements possibles à l’amiable, il est envisagé que Thomsonn Microsoft et Time Warner nomment chacun deux dirigeants au conseil d’administration de la firme.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur