Contrôle d’Internet : l’Europe veut changer les règles US

Régulations

En prévision de la conférence PrepCom3 de Genève – en préalable au sommet mondial de Tunis sur la société de l’information: la réforme de l’ICANN

Les nations du monde préparent le sommet mondial de Tunis sur la société de l’information, ‘

World Summit on the Information Society‘ (WSIS). Or, tout porte à croire que le sommet, réuni sous l’égide de l’ONU en novembre prochain, sera un échec ! Certains veulent encore y croire, et en particulier l’Europe, appuyée par d’autres nations comme le Brésil, le Canada ou la Chine. Les pays émergents n’y trouveront probablement pas leur compte, mais ces nations veulent limiter le rôle central des Etats-Unis pour tenter de libérer ? un peu ? l’Internet. Principale revendication de l’Europe, mettre fin au contrôle des Etats-Unis sur l’organisation ICANN, l’Internet Corporation for Assigned Names and Numbers en charge des noms de domaines. “Son statut légal doit changer. Nous devons la placer sous la loi internationale, plutôt que sous la loi US“, a confirmé David Henton, représentant de l’Europe, à notre confrère The Register. “A l’heure actuelle, l’ICANN fonctionne sous contrat avec un gouvernement (US), et les autres gouvernements l’avisent sur ce qu’il doit faire. C’est quelque chose d’étrange que les gouvernements informent une organisation qui appartient au secteur public, mais que cette organisation fasse des choses pour le monde entier sous les instructions d’un seul gouvernement“. Prudent, David Henton indique qu’il ne s’agit pas d’une critique à l’encontre des Etats-Unis, qui ont “fait un bon travail“. Mais comme il le rappelle avec justesse, “Vous pouvez constater pour quelques pays qu’il est impossible de laisser un ‘bit’ de leur pays sur Internet dans les mains d’un gouvernement avec lequel ils ont souvent des désaccords“. Les Etats-Unis se sont déclarés surpris et sceptiques quant à la position de l’Europe. Rien de surprenant en cela, car l’Europe a une vision plus large du devenir de l’Internet : “Nous ne voulons pas prendre le contrôle du Net. Nous voulons que les entreprises continuent à investir, nous voulons prolonger l’innovation. Les entreprises peuvent évoluer beaucoup plus rapidement que ne le peuvent les gouvernements“. Cela signifie-t-il que l’Europe veut donner le contrôle du Net aux entreprises ? Certes non, mais plutôt l’éloigner des entreprises américaines, trop proches de leur administration et de positions aux vues monopolistiques. “Les Etats-Unis ont quelques entreprises très proches de la ligne rouge, et en ce moment nous avons accroché l’une d’entre elles“, rappelle David Henton, évoquant les procédures contre Microsoft. Décidément, le sommet de Tunis démarre sous de très mauvais auspices? A suivre avec La riposte des USA à l’Europe : inacceptable !


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur