Cornerstone propose des solutions de Business Intelligence pré-packagées

Logiciels

Cette approche clé en main vise à installer la simulation analytique et permettrait d’accélérer le déploiement des solutions de BI.

« La Business Intelligence est une technologie mature, lance Jean-Michel Estibals, vice président EMEA de Cornerstone, entreprise créée en 2008 par des anciens d’ Equant racheté par France Télécom en 2005. Et pourtant les taux de croissance restent importants. » Ils étaient d’environ 10 % en 2009, année de crise s’il en faut, et devraient atteindre les 13 % en 2010 et dans les prochaines années selon le cabinet d’analyses IDC.

Mais derrière cette maturité technologique se cache plusieurs niveaux d’usages appelés à se développer, véritable potentiel de croissance de la Business Intelligence/Business Analytic (BI/BA). Le premier concerne les outils de reporting sur base de données uniques (finances, CRM, RH, ventes, télécom…) et indépendantes les unes des autres. Une situation majoritairement constatée sur le terrain (70 % des entreprises dotées d’une solution de CRM). Le deuxième niveau (moins de 5 % des entreprises) se veut multidimensionnel avec le croisement des bases. Enfin, le troisième niveau (quasiment absent du marché avec moins de 1 % des mises en oeuvres) concerne la simulation en vue de faciliter la prise de décision.

Editeur de solutions

Ce sont bien ces deuxième et, plus encore, troisième niveaux de maturité que Cornerstone entend couvrir aujourd’hui avec son offre iReady. Laquelle s’appuie sur les technologies existantes, Oracle, SAP/BO ou Microsoft notamment. « Nous ne sommes pas éditeur de technologies mais de solutions », insiste le responsable pour souligner l’originalité de l’approche clé en main de ses solutions. « L’innovation passe par l’usage qui en est fait : nous proposons de passer des strates de reporting à l’ensemble des couches décisionnelles de l’entreprise. Ce qui permet de passer rapidement d’un niveau de maturité 0 ou 1 à 3. ».

cornerstonejeanmichelestibals.jpg

Selon la situation de l’entreprise le sur mesure est également proposé. « Notre solution amène une réflexion globale de la BI et pas une architecture en silo », rappelle notre interlocuteur. « Si l’environnement n’est pas réellement structuré, nous proposons des solutions avec connecteurs, des couches sémantiques préconfigurées, plus de 150 modèles de rapports orientés RH, vente marketing, gestion opérationnelle, performances, etc. » Une approche qui permet, a priori, de répondre à la plupart des situations des prospects.

Un déploiement inférieur à 12 mois

Autre avantage de l’offre, la rapidité de déploiement et la réduction des coûts. « Nos déploiements s’effectuent sur moins d’un an pour les 2/3 du coût habituel ». A comparer aux 3 à 4 ans nécessaires aux chantiers de ce type pour des budgets qui dépassent généralement le million d’euro. Une visibilité à court terme que les entreprises apprécieront d’autant plus qu’elles pourront adapter la solution d’analyse selon ses besoins. Une approche qui a attiré l’attention d’IDC. « Le marché des applications analytiques pour Contact Centers est extrêmement prometteur. Sur ce type de marché d’équipement très particulier où les positions restent à prendre, Cornerstone fait partie des acteurs qu’IDC va suivre tout particulièrement compte tenu des performances relevées pour cette société sur d’autres marchés BI de niche très spécifiques », soutient Cyril Meunier, Consulting Manager Software IDC France.

Pour des raisons historiques d’expérience acquise dans le secteur des télécoms, Cornerstone vise particulièrement les centres d’appels. Un marché sur lequel l’entreprise basée à Montpellier s’estime relativement seule grâce à son offre pré-packagée. Orange Business Services, WebHelp, Euronext, Arkadin ou encore Ford comptent parmi ses principaux clients. « Nous ne sommes pas spécialisés sur les centres d’appel mais sur l’offre packagée », insiste Jean-Michel Estibals. Une approche qui lui permet à viser d’autres niches de marché comme les secteurs de l’assurance et de la santé que les dirigeants approchent, timidement pour le moment. « Nous avons des choses à proposer a travers approche sélective sur certains comptes », évoque le responsable sans plus de détails. Cornerstone souhaite visiblement faire ses preuves sur quelques clients avant d’officialiser l’industrialisation de leur solution pour ces secteurs.

Une offre pré-packagée pour se distinguer des SSII généralistes

Cornerstone appuie son modèle économique sur ses partenariats avec les intégrateurs tout en poursuivant des traitements d’affaires en direct. Après Orange Business Services en France et Rinedata en Angleterre, un troisième partenaire est en cours de signature. En 2010, l’entreprise affiche l’ambition de se déployer au Benelux, en Suisse et sur le pourtour méditerranéen (Maroc, Tunisie…), terre friande des centres d’appels délocalisés des grands comptes. Le marché des « grosses » PME (à partir de 50 millions d’euros de chiffre d’affaires) constitue l’autre axe de développement de la jeune entreprise. Cornerstone se place donc plus en concurrence des SSII… dont elle se distingue à travers son offre pré-packagée.

Jean-Michel Estibals n’hésite pas à faire le parallèle de l’offre de Cornerstone avec celle en ligne de Salesforce qui, si elle ne répond pas (encore) intégralement à tous les besoins en matière de CRM, permet une mise en œuvre opérationnelle rapide et modulaire. En revanche, le mode Saas n’est pas à l’ordre du jour chez Cornerstone. Pour des raisons techniques de volumes de données à gérer, particulièrement dans les centres d’appel. « Mais on regarde », assure le dirigeant.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur