Coronavirus: des opérateurs partagent les données de localisation avec les autorités sanitaires

GeolocalisationMobilité

Des opérateurs mobiles partagent les données de localisation avec les autorités sanitaires dans certains pays de l’UE pour limiter la propagation de la pandémie de coronavirus.

Want create site? Find Free WordPress Themes and plugins.

Selon Reuters , les opérateurs mobiles partagent des données de localisation avec les autorités sanitaires en Italie, en Allemagne et en Autriche, dans le but de lutter contre la propagation de la pandémie de coronavirus.

L’objectif est de mesurer si les gens respectent les restrictions locales en matière de mouvement, tout en respectant les strictes lois européennes sur la confidentialité. Les données collectées sont anonymes et permettent de cartographier les concentrations et les mouvements des clients mobiles dans les «zones chaudes» où le Covid-19 s’est fixé.

Telekom Austria et Graz University of Technology

Ce suivi anonyme des mouvements de personnes est moins intrusif que les mesures prises dans des pays comme la Chine, Taïwan et la Corée du Sud qui utiliseraient des relevés de localisation des smartphones pour retrouver les contacts des personnes dont le test est positif ou pour faire appliquer des ordonnances de quarantaine.

Et selon Reuters, cette approche asiatique a donné des résultats impressionnants.

En Europe, l’accent serait mis sur la surveillance du respect des restrictions de mouvement pour ralentir la pandémie.

En Autriche, Telekom Austria (opérant sous la marque A1), partage les résultats d’une application d’analyse de mouvement développée par Invenium, une entreprise issue de la Graz University of Technology.

« Avec ces données, il est possible de visualiser les flux de mouvements de groupes de personnes », a déclaré la porte-parole de A1, Livia Dandrea-Boehm.

Mobilisation des opérateurs en Italie

En Italien , des opérateurs locaux tels que Telecom Italia, Vodafone et WindTre ont proposé aux autorités des données agrégées pour surveiller les mouvements des personnes.

Selon Reuters, la région de Lombardie utilise les données pour voir combien de personnes observent un verrouillage strict.

Les données montrent que les mouvements dépassant 300 à 500 mètres ont diminué d’environ 60% depuis le 21 février, date à laquelle le premier cas a été découvert dans la région de Codogno.

«Lorsque cela est techniquement possible et légalement autorisé, Vodafone sera prêt à aider les gouvernements à développer des informations basées sur de grands ensembles de données anonymisés», a déclaré le PDG Nick Read.

L’utilisation de données anonymisées serait conforme au règlement général strict de l’UE sur la protection des données (RGPD), qui restreint le traitement des données personnelles sensibles sans le consentement explicite de son propriétaire.

Lire l’article original sur Silicon.co.uk

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

Lire aussi :