Corruption: Alcatel remercie son patron au Costa Rica

Régulations

L’homme avoue avoir versé des pots de vin. Mais, pour sa défense, il dit avoir agi sur ordre de sa hiérarchie…

Alcatel ne veut pas voir se développer un scandale. Le géant français des télécoms annonce avoir entamé une procédure de licenciement contre le président de sa filiale au Costa Rica. Avant toute procédure judiciaire, l’équipementier met à la porte ce patron pour

“violation du code éthique du groupe”. Edgar Valverde est soupçonné d’avoir versé des pots de vins. Il est accusé par un ancien consultant du groupe ICE, une entreprise de télécommunications. Ce dernier déclare avoir touché 160.000 euros de “primes”. Ces soupçons se sont vite confirmés puisque Edgar Valverde a avoué ce samedi à la justice costaricienne qu’il avait versé des pots-de-vin à des politiciens, en suivant les “instructions” de son supérieur hiérarchique. “A plusieurs reprises, j’ai participé à ces réunions (avec des politiciens et de hauts fonctionnaires), d’autres fois c’était Christian Sapsizian, qui était alors vice-président adjoint d’Alcatel pour l’Amérique latine, parfois nous y étions tous les deux”, a-t-il déclaré. “Moi, je n’ai fait qu’obéir aux instructions de celui qui était mon supérieur”, a-t-il affirmé, faisant référence à Christian Sapsizian. Si Alcatel fait le ménage rapidement, le mal est fait. ICE, qui est en situation de monopole au Costa Rica, a décidé d’exclure Alcatel de sa liste de fournisseurs. Ericsson et l’espagnol Inabensa subissent la même sanction, soupçonnés eux-aussi de malversations.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur