Le Français Crocus main dans la main avec ARM pour un microcontrôleur sécurisé

ComposantsMobilitéSécurité

Crocus Technology vient de prendre une licence auprès d’ARM pour le processeur SecurCore. Associées, la mémoire MLU du Français et la technologie de la société britannique vont donner naissance à une nouvelle gamme de microcontrôleurs 32 bits sécurisés.

Il y a une semaine, le Français Crocus Technology annonçait avoir licencié sa technologie Magnetic Logic Unit (MLU) à ARM. Il s’agit d’une technologie de mémoire magnétique à faible coût basée sur les transistors CMOS.

Les rôles sont maintenant inversés puisque Crocus Technology indique avoir contracté auprès d’ARM une licence pour son processeur SecurCore SC000.

La jeune société (créée en 2004), notamment implantée à Grenoble, entend combiner les deux technologies pour proposer une nouvelle gamme de microcontrôleurs sécurisés. Ils se destinent en particulier à des produits pour des cartes à puces sécurisées à la fois performants et peu énergivores, le tout à faible coût.

Le processeur SecurCore SC000 d’ARM est parfaitement adapté puisqu’il s’agit d’une solution 32 bits destinée à des produits sécurisés. Il est notamment utilisé pour les cartes SIM et les cartes à puce.

Mais, en associant le SecurCore SC000 à sa mémoire MLU, Crocus pourrait bien être en passe de développer un produit disruptif avec son nouveau microcontrôleur.

Mémoire MLU, un plus pour les systèmes embarqués

Ce partenariat souligne également l’importance que pourrait prendre la MLU dans les prochaines années. Dans des applications mobiles et de sécurité, la mémoire magnétique de Crocus remplace la Flash ou la RAM. Elle a notamment pour avantage de fonctionner sur une très large gamme de températures, un critère important pour les équipements industriels et automobiles notamment.

Ce partenariat est également symbolique de l’importance croissante que prend la sécurité, avec notamment la montée en puissance des transactions mobiles. La mobilité étant un des domaines majeurs dans lequel évoluent les partenaires d’ARM, on comprend mieux les intérêts croisés des deux partenaires.

A titre d’exemple, les transactions mobiles devraient représenter 3 200 milliards de dollars en 2017 (données publiées par Juniper Research en juin 2013). L’internet des objets, en plein boom, est aussi un champ d’application tout trouvé pour ce genre de technologie sécurisée.

« Nous sommes ravis de travailler main dans la main avec Crocus pour protéger et faire fonctionner un monde de plus en plus connecté », indique Noël Hurley, directeur général adjoint, division CPU Group au sein d’ARM. « Ce partenariat tire sa source de la grande confiance que le marché porte à nos technologies peu consommatrices en énergie et aux réseaux qui les relient. Les entreprises ont besoin de fournir la sécurité du futur, et ce, sur plusieurs niveaux, depuis les cartes à puce jusqu’aux serveurs. »


Voir aussi
Silicon.fr étend son site dédié à l’emploi IT
Silicon.fr en direct sur les smartphones et tablettes


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur