CS Communication & Systèmes cède son pôle 'Infrastructures critiques' à BT

Cloud

Le français empoche 60 millions d’euros

La vente avait été annoncée en août dernier, elle est aujourd’hui finalisée. BT (ex-British Telecom) annonce le rachat au français CS Communication & Systèmes de son pôle ‘Infrastructures Critiques’ pour 60 millions d’euros. Ce pôle fournit aux entreprises et au secteur public des prestations de conseil, d’intégration de réseaux, d’insourcing, d’outsourcing et d’hébergement.

Il emploie environ 1.400 collaborateurs en France pour un chiffre d’affaires 2006 de 137,7 millions d’euros.

“La finalisation de cette opération intervient conformément au calendrier fixé, à la suite de l’obtention des autorités compétentes”, indique le communiqué de CS.

Cette cession doit permettre à CS de se concentrer sur son pôle systèmes critiques et “accélérer ainsi son développement, y compris par croissance externe, sur ses segments stratégiques de la défense et de la sécurité, de l’aérospace, de l’énergie et du transport intelligent”, souligne CS.

Eric Blanc-Garin, Directeur Général de CS indique : “Je suis très satisfait de la conclusion de cette opération avec BT et des discussions constructives que nous avons eues tout au long de ces négociations. Nos clients pourront ainsi continuer à bénéficier de prestations de qualité et du réseau international de BT. Je souhaite, par ailleurs que le partenariat commercial initié soit fructueux, tant en France, qu’en Europe et singulièrement en Angleterre “.

Rappelons que depuis 2006, CS avait procédé à la séparation de ses deux activités principales, à savoir le développement de systèmes critiques et la conception, l’exploitation des infrastructures réseaux et systèmes.

Cette seconde division, en charge de la mise en place des infrastructures critiques ne fonctionnait pas, pour 2006 elle affiche un chiffre d’affaires en baisse de 5%.

Selon les analystes, il n’est pas étonnant de voir le groupe français se séparer de ce pôle et procéder à une réorientation sur son coeur de métier.

Cette acquisition, qui vient confirmer les ambitions de BT en France, augmenterait son chiffre d’affaires de près de 60%, le hissant à 400 millions d’euros (contre 257 millions fin mars 2007) et, arithmétiquement, les effectifs passeraient de 900 à 2.300 personnes – non compris le facteur “synergie”…


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur