Pour gérer vos consentements :
Categories: Composants

Curiosity probablement victime d’un bombardement cosmique

Curiosity, le rover envoyé par la NASA sur Mars, avait eu droit à une « transplantation de cerveau ». C’était en août 2012 ; il s’agissait simplement d’une mise à jour logicielle prévue.

Mais, mercredi dernier, il a connu son premier dysfonctionnement. Conséquence de tout cela : l’ordinateur de secours va prendre le relais après qu’un fichier corrompu ait causé une panne de l’ordinateur principal. De ce fait, le 27 février, il n’ a pas été en mesure d’envoyer ses données quotidiennes à destination de la Terre et il a dû passer en mode veille.

Passage à l’ordinateur de secours

Mission Control, le centre de contrôle du rover, a alors décidé de faire basculer le robot sur son ordinateur de secours et de suspendre les travaux scientifiques momentanément, probablement durant quelques jours.

Curiosity dispose de deux ordinateurs de type RAD750 produits par la société BAE, des unités commercialisées depuis 10 ans. Le RAD750 présente la particularité d’être très simple, mais aussi fiable et robuste.

Il a été conçu pour supporter des conditions exceptionnelles, telles que des températures extrêmes et des niveaux de radiations substantiels. Il est constitué du CPU PowerPC 750 cadencé à 200 MHz qui date quelque peu puisqu’il équipait les Apple PowerBook G3 de 1997.

Les rayonnements cosmiques probablement à l’origine

Mais, c’est la mémoire flash (2 Go) qui aurait subi un rayonnement cosmique si intense que son contenu a été corrompu. C’est du moins la piste la plus probable pour expliquer ce dysfonctionnement.

Les mémoires destinées aux systèmes informatiques sont de plus en plus sensibles aux rayonnements cosmiques, car les courants électriques qui transitent dans les circuits sont de plus en plus faibles et parce que le nombre de transistors a beaucoup augmenté.

Même si les composants embarqués dans Curiosity répondent à des normes spatiales, il n’en reste pas moins qu’un bombardement intense de particules peut avoir cet effet sur l’électronique.

Jusqu’à une semaine d’immobilisation

La NASA a toutefois tenté de rassurer en précisant sur le compte twitter du rover : «Ne vous inquiétez pas : je viens de passer à l’ordinateur B le temps que l’équipe se penche sur un problème de mémoire sur le A. »

Configurer l’ordinateur B de secours pourrait prendre « un certain temps » selon la NASA. « Il nous faudra probablement plusieurs jours, peut-être une semaine d’activité pour remonter tout ça et reconfigurer, » a déclaré Richard Cook, chef du projet Curiosity au laboratoire Jet Propulsion de la NASA.

Lorsque l’ordinateur B aura repris le contrôle du rover, l’équipe se penchera sur l’ordinateur A afin de le remettre d’aplomb. Curiosity pourra alors reprendre normalement ses pérégrinations martiennes.

Recent Posts

Qui utilise (vraiment) les outils low code et no code ?

Près de 5 développeurs sur 10 utilisent des outils low / no code. Mais pour…

7 heures ago

DevSecOps : Snyk nomme Adi Sharabani CTO

Snyk a recruté Adi Sharabani au poste de chief technology officer. Il encadre l'évolution technique…

7 heures ago

JavaScript : Meta bascule Jest en open source

Meta a officiellement transféré Jest, son framework de test, à la Fondation OpenJS. Celle-ci s’engage…

8 heures ago

Avec Viva Goals, Microsoft rassemble les collaborateurs autour des objectifs business

Microsoft continue d’étoffer sa plateforme Viva, dédiée à l’expérience collaborateur, en lançant Viva Goals, un…

9 heures ago

Développeurs : Google Cloud pousse Assured OSS

Google Cloud va distribuer un catalogue de bibliothèques logicielles open source approuvées par ses soins.…

12 heures ago

Informatique quantique : BMW renforce sa collaboration avec Pasqal

Le groupe BMW et la start up Pasqal étendent leur collaboration pour concevoir des pièces…

13 heures ago