Cyberattaque : les JO 2018 de Pyeongchang n’y échappent pas

CyberguerreMalwaresPolitique de sécuritéSécurité
cyberattaque-jeux-olympiques-pyeongchang

Coup de chaud pour le système informatique des Jeux olympiques d’hiver de Pyeongchang (Corée) face à une cyberattaque qui a duré 2 jours. Sans conséquence, selon le CIO.

Le Comité international olympique (CIO) a confirmé auprès de Reuters avoir été la cible d’une attaque informatique durant les Jeux olympiques d’hiver 2018 de Pyeongchang, en Corée du Sud.

La cyberattaque a été lancée pendant la cérémonie d’ouverture des jeux, vendredi dernier.

Elle aurait duré deux jours, pendant lesquels le système informatique lié aux 23es Jeux olympiques d’hiver a été ciblé. Ce dernier est en charge de diffuser les services Internet et télévisés des JO.

Cette attaque n’aurait eu aucune conséquence grave, assurent les organisateurs. Lesquels ne souhaitent pas s’étendre sur la question, ses répercussions et son origine.

« Maintenir la sécurité de nos opérations reste notre objectif », a déclaré le porte-parole du Comité international olympique Mark Adams. « Nous n’allons pas faire de commentaire sur cette question. C’est un problème que nous traitons. Nous nous assurons que nos systèmes restent sécurisés et ils sont sécurisés. »

Même son de cloche auprès du comité organisateur des JO de Pyeongchang, via la voix de son porte-parole Sung Baik : « Tous les problèmes ont été résolus hier matin (samedi 10 février). Nous connaissons la cause du problème, mais ce genre de souci se produit fréquemment pendant les Jeux. Nous avons décidé avec le CIO que nous n’allons pas révéler la source (de l’attaque), » a-t-il indiqué aux journalistes.

Certains experts pointent du doigt la Russie, écartée de ces 23es JO d’hiver. Laquelle se défend d’ores et déjà d’être à l’origine de l’attaque.

(Crédit photo : IOC Media)

(Article APM)

Lire aussi :

Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur