Cybersécurité : l’Europe est-elle dans le déni ?

Politique de sécuritéSécurité
Quiz inventeurs europeens (crédit photo © silver tiger - shutterstock)

Malgré les menaces qui pèsent sur la sécurité des données, le chiffrement n’est pas encore la norme en Europe, selon un rapport de Thales.

Want create site? Find Free WordPress Themes and plugins.

Aucune organisation n’est à l’abri d’une violation de données, mais la confiance prévaut. C’est l’un des enseignements de l’édition européenne du « 2020 Data Threat Report » publié par le groupe technologique français Thales.

52% des responsables IT interrogés* ont déclaré que leur organisation a subi au moins une fuite de données l’an dernier (28%) ou a échoué à un audit de sécurité (24%).

Or, la surface d’attaque s’étend dans le cloud.

Chiffrement et tokenisation

Toutes les entreprises concernées par l’enquête ont des données stockées dans le nuage informatique (46% en moyenne des informations traitées pour le panel européen). Aussi, 43% de ces actifs dans le cloud sont jugés « sensibles ».

La multicloud progresse, mais le chiffrement et la tokenisation par défaut ne sont pas encore la norme.

Si 54% (57% pour le panel mondial) des données sensibles stockées dans des environnements cloud sont protégées par le chiffrement, 44% « seulement » (48% globalement) le sont par tokenisation (utilisation de jetons).

Dans ce contexte, 68% des organisations disent se sentir « vulnérables » aux attaques informatiques (contre 86% en 2018).

Elles sont aussi nombreuses (69%) à reconnaître que leur approche du chiffrement devra évoluer pour s’adapter à la diffusion à venir de l’informatique quantique.

*L’enquête en ligne a été menée par IDC pour Thales auprès de 1723 décideurs IT et de la sécurité des données, dont 509 dirigeants et managers en Europe (France, Allemagne, Suède, Pays-Bas et Royaume-Uni).

(crédit photo © Shutterstock)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

Lire aussi :

Avis d'experts de l'IT