Pour gérer vos consentements :
Categories: Cybersécurité

Kaspersky : transparence, vous avez dit transparence ?

Kaspersky Lab maintient son opération « transparence ».

L’éditeur russe de logiciels fait l’objet de mises en garde de sécurité en Europe comme en Amérique du Nord, depuis le lancement de l’offensive militaire de la Russie contre l’Ukraine.

Dans ce contexte, Kaspersky a annoncé l’ouverture de nouveaux centres de transparence dans le cadre de sa « Global Transparency Initiative » (GTI).  Ces espaces sont basés dans le Massachusetts, à Woburn (Etats-Unis), Tokyo (Japon) et dans la ville de Singapour.

Code source, ingénierie et data

Ces trois nouveaux centres sont ouverts, sous conditions, à des clients, partenaires et soutiens de l’entreprise russe de cybersécurité.

« Nous sommes la première entreprise du secteur qui ouvre son code source à des examens externes », a déclaré son directeur du développement commercial Andrey Efremov. Et d’ajouter : « Kaspersky a travaillé dur pour prouver que nous sommes un partenaire digne de confiance et fiable. Je voudrais inviter nos clients potentiels et existants, ainsi que les régulateurs gouvernementaux dans nos nouveaux centres de transparence et nous répondrons à toutes les questions possibles sur notre code source, les règles de détection des menaces, les mises à jour de logiciels ainsi que sur nos pratiques d’ingénierie et de traitement des données. »

Les personnes « autorisées » peuvent donc y consulter, en lecteur seule, le code source des logiciels Kaspersky. Elles peuvent aussi en savoir davantage sur sa politique de mise à jour, de génie logiciel et de management data, a précisé le fournisseur de solutions.

Avec l’aide d’experts Kaspersky, les visiteurs peuvent également étudier les résultats d’audits de sécurité (SOC 2, ISO 27001…) effectués par des tiers, en présence ou à distance.

Depuis le lancement du premier centre en 2018 à Zurich en (Suisse), Kaspersky a ouvert des centres de transparence à Madrid (Espagne), Kuala Lumpur (Malaisie), São Paulo (Brésil).

Singapour, Tokyo et Woburn viennent donc s’ajouter à la liste.

(crédit photo © Shutterstock)

Recent Posts

Après la NAND, Intel dit stop à la gamme Optane

Après avoir vendu son activité NAND, Intel tire un trait sur la technologie 3D XPoint,…

2 semaines ago

Google Analytics : la Cnil a posé les règles du jeu

Près de six mois ont passé depuis de que la Cnil a déclaré l'usage de…

2 semaines ago

Truffle 100 France : le top 20 des éditeurs de logiciels

Truffle 100 France : qui sont les 21 entreprises qui ont dépassé, en 2021, les…

2 semaines ago

Cloud : AWS brocarde les politiques de licences Microsoft

Un dirigeant d'Amazon Web Services dénonce des "changements cosmétiques" apportés par Microsoft à ses politiques…

2 semaines ago

Sécurité du code au cloud : Snyk Cloud, un joker pour développeurs

Snyk officialise le lancement de sa solution de sécurité cloud pour développeurs, Snyk Cloud, fruit…

2 semaines ago

Cegid accroche Grupo Primavera à son tableau d’acquisitions

Cegid va absorber Grupo Primavera, plate-forme de logiciels de gestion d'entreprise née dans la péninsule…

2 semaines ago