Pour gérer vos consentements :
Categories: Cybersécurité

Cybersécurité : au-delà de la Russie, l’ANSSI regarde vers la Chine

Que savoir sur la menace cyber liée au conflit russo-ukrainien ? La semaine dernière, le CERT-FR avait publié un bulletin à ce sujet. Il vient de l’actualiser. Notamment pour avertir du risque de campagnes d’espionnage signées d’acteurs opportunistes non liés directement aux événements.

Parallèlement à cette mise à jour, le CSIRT gouvernemental français a mis en ligne son « panorama de la menace informatique 2021 ». Il y est question de la Russie, en référence à la campagne Ghostwriter, qui a mêlé compromissions de systèmes et désinformation. Mais il y est plus encore question de la Chine. Sur plusieurs points :

– Des 17 opérations de cyberdéfense que l’ANSSI a traitées sur l’année, 14 étaient liées à des opérations d’espionnage… dont 9 impliquant des modes opératoires chinois. Ces derniers sont par ailleurs associés à 5 des 8 incidents majeurs détectés au global.

– Les risques de détournement de cadres juridiques étrangers liés à la cybersécurité
Le CERT-FR mentionne, à ce sujet, le logiciel GoldenTax, imposé à certains clients de banques chinoises. Une porte dérobée s’est retrouvée dans plusieurs versions.

– Un autre risque de détournement : celui de la législation chinoise qui contraint les entreprises à signaler les vulnérabilités aux autorités. Elle « laisse craindre une identification facilitée de vulnérabilités 0-day par des attaquants chinois », nous explique-t-on.

– L’élargissement de la surface d’attaque dans le cloud
Référence est faite à deux groupes cybercriminels spécialisés dans le minage de cryptomonnaies. L’un d’eux, dit Rocke, est réputé chinois.

La Chine… et Exchange

Le CERT-FR revient aussi sur les vulnérabilités le plus fréquemment exploitées dans le cadre des incidents qu’ont traités l’ANSSI et son homologue américaine.

(Cliquer pour agrandir.)

Le CERT-FR en appelle, une énième fois, à appliquer les correctifs, en priorité sur les systèmes exposés à internet. Et, de manière générale, à minimiser les possibilités de rebond d’un serveur applicatif vers un réseau interne. Cela passe par un filtrage sortant strict. Et par le maintien à jour de l’inventaire des comptes de services. Comptes auxquels on n’accordera que les privilèges nécessaires.

Illustration principale © ilikestudio – Shutterstock

Recent Posts

Après la NAND, Intel dit stop à la gamme Optane

Après avoir vendu son activité NAND, Intel tire un trait sur la technologie 3D XPoint,…

3 semaines ago

Google Analytics : la Cnil a posé les règles du jeu

Près de six mois ont passé depuis de que la Cnil a déclaré l'usage de…

3 semaines ago

Truffle 100 France : le top 20 des éditeurs de logiciels

Truffle 100 France : qui sont les 21 entreprises qui ont dépassé, en 2021, les…

3 semaines ago

Cloud : AWS brocarde les politiques de licences Microsoft

Un dirigeant d'Amazon Web Services dénonce des "changements cosmétiques" apportés par Microsoft à ses politiques…

3 semaines ago

Sécurité du code au cloud : Snyk Cloud, un joker pour développeurs

Snyk officialise le lancement de sa solution de sécurité cloud pour développeurs, Snyk Cloud, fruit…

3 semaines ago

Cegid accroche Grupo Primavera à son tableau d’acquisitions

Cegid va absorber Grupo Primavera, plate-forme de logiciels de gestion d'entreprise née dans la péninsule…

3 semaines ago