Cybersécurité : Websense tombe dans le giron de Raytheon

CloudCyberguerreMobilitéPolitique de sécuritéRégulationsSécurité

La concentration se poursuit dans le monde de la cybersécurité avec le rachat de Websense par Raytheon pour 1,9 milliard de dollars.

Selon Reuters qui cite des sources proches du dossier, Raytheon rachète Websense pour un montant de 1,9 milliard de dollars. Une bonne affaire pour le fonds d’investissement, Vista Equity Partner qui avait racheté Wensense en 2013 pour 1 milliard de dollars. Le capital-risqueur ne sort pas complétement car il devrait obtenir près de 20% du nouvel ensemble.

En effet, Raytheon, spécialiste des affaires de Défense veut renforcer son pôle de cybersécurité qui représente aujourd’hui 400 millions de dollars. Avec l’acquisition de Websense, il met la main sur une expertise importante en matière de cyberattaques, vol des données et la sécurité des réseaux autour de l’offre « Triton ». Cette solution a été présentée en 2010 et se définit comme une plateforme 3 en 1 (pour la data, le web, le mail et les terminaux mobiles). Elle permet à la fois d’instaurer des politiques de sécurité permanentes au sein de leurs différents sites décentralisés mais aussi pour les employés mobiles.

Une cybersécurité qui se restructure

La prochaine entité n’a pour l’instant pas reçu de nom. Elle sera dirigée par John Mc Cormarck CEO de Websense et sera localisée à Austin. Elle adressera un portefeuille de clients de 21 000 entreprises et de 2 200 partenaires.

Le monde de la cybersécurité est en pleine ébullition notamment pour les spécialistes de la Défense. Thales en fin d’année dernière avait récupéré l’activité cybersécurité des communications d’Alcatel-Lucent. Un sacré pied de nez, car avec le rachat de l’équipementier franco-américain par Nokia, il est prévu de recréer un pôle cybersécurité. On peut citer aussi les opérateurs comme OBS (Orange Business Services) qui s’est adjoint les services d’Atheos ou Capgemini qui a regroupé ses différentes compétences en la matière au sein d’une seule entité.

A lire aussi :

Orange, Capgemini, Atos… : les 7 mercenaires français de la cybersécurité
Les sociétés de cybersécurité à l’assaut de la bourse
Cybersécurité : la France dans le Top 5 des puissances du mal

 Crédit Photo : Watcharakun-Shutterstock

Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur